Un homme qui crie de Mahamat Saleh Haroun

Partager cet article

 

Un_homme_qui_crie_de_Mahamat_Saleh_HarounFilms / Tchad
5_etoiles
Un homme qui crie
de Mahamat-Saleh Haroun
Produit par Pili Films
La quête de rédemption d'un père sur fond de guerre civile au Tchad.

 

Le cinéma africain souffre, peu de moyens, peu de débouchés, qui plombent sa production.

Le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun tire son épingle du jeu mais non sans mal compte-tenu des difficultés qu'il a rencontré pour tourner son dernier film au Tchad.

Un homme qui crie traite de la guerre civile et du lien père-fils. Les deux sont liés puisque dans le film le père livre en secret son fils à l'armée. Après avoir perdu son job et son fils, Adam, formidablement interprété par Youssouf Djaoro, part à la recherche de son fils au cours d'une superbe scène de fuite en side-car.

Haroun signe un film tout en retenue et tensions sublimé dans sa dernière partie par une émotion folle et irréelle. Il nous sensibilise sur la situation des civils au Tchad, qui peuvent à tout moment être pris en otage par des affrontements militaires liés à l'état de guerre civile permanent.

Un homme qui crie a été récompensé, lors du dernier festival de Cannes, par le Prix du jury, qui correspond en général à l'oeuvre la plus forte ou la plus singulière.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

 

zoom

L'Afrique à Cannes

Un homme qui crie est seulement le 4ème film africain récompensé au festival de Cannes.

Il rejoint Chronique des années de braise de l'Algérien Mohamed Lakhdar-Hamina en 1975, Yeelen du Malien Souleymane Cissé en 1987 et Tilaï du Burkinabé Idrissa Ouédraogo en 1990.

​ 

Article précédent
Un transport en commun de Diana Gaye
Article suivant
Le coeur des enfants léopards de Wilfried N'Sondé
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !