Le cauchemar de Darwin de Hubert Sauper

Partager cet article

 

Le_cauchemar_de_DarwinDocumentaires / Tanzanie
4_etoiles
Le cauchemar de Darwin
de Hubert Sauper
Mille et une productions / Coop99 Film Produktion / Saga Film

2 vols par jours
500 tonnes de perches
2 millions de blancs mangent des perches tous les jours.

 

En décrivant les affres de la mondialisation à travers l'exemple du commerce de la perche du Nil autour du lac Victoria, Le cauchemar de Darwin, film événement, a connu un énorme succès dès sa sortie en salles en 2005. Après sa diffusion, son réalisateur, Hubert Sauper, a fait l'objet d'une controverse qui dure encore.

La perche du Nil est un animal effrayant, carnivore, introduit dans le lac Victoria pour une expérience scientifique. Depuis, elle a dépeuplé le lac de ses poissons, et sa chair blanche fait la joie des Européens. Chaque jour, deux avions atterrissent... et repartent avec 500 tonnes de poissons. Contre quoi ? L'énigme dure jusqu'à la fin du film.

On ne peut être indifférent après la vision d'un tel film : des sentiments paradoxaux s'imposent. On est plongé dans des décors d'apocalypse : la Tanzanie se révèle une allégorie de l'Afrique où se rassemblent tous les malheurs du monde. Et c'est un sentiment de honte qui surgit d'abord. Celle de contribuer passivement à une gigantesque farce, une mécanique infernale de la misère, le pillage orchestré de l'Afrique, et plus particulièrement de la petite ville de Mwanza en Tanzanie.

Les cargos des pilotes russes viennent et partent dans le ciel bleu avec de la richesse et laissent derrière eux quelques prostituées maltraitées, des maladies, et les immondes déchets de ces poissons. Les images sont fortes : une femme patauge dans la vermine, des enfants se disputent le riz chaud, des visages effroyables, tous « esclaves » du poisson.

Mais derrière ces images, l'impression aussi de se faire manipuler. Le documentariste et son compagnon ont dû cacher leur activité aux autorités et c'est cette clandestinité qui leur permet de rentrer de plein fouet dans l’intimité des personnages, enfants des rues, gardien de nuit illettré, pasteur illuminé. Une proximité bien partiale qui accule au sentimentalisme et annule tout esprit critique.

Habilement construit, la question de l'approvisionnement en armes sur l'aéroport de Mwanza revient fréquemment, de façon lancinante. La réponse suggérée paraît évidente sans pour autant qu'il y ait l'ombre d'une preuve.

En réalité, tout pousse à nous faire croire que la misère de la Tanzanie est directement liée à l'exportation du poisson. A l'écran, le visage d'une femme borgne travaillant au séchage des carcasses, en est l'exemple le plus spectaculaire. Ces sous-produits nous sont présentés comme des rebuts ignobles abandonnés à la population tanzanienne. De nombreuses critiques nous les présentent autrement, destinés à l'alimentation animale.

Afro-pessimisme, diabolisation ? Que penser des milliers de métiers informels qu'engendre l'industrie du poisson ? Le documentariste ne s'y attarde pas.

 

zoom

Documentaire : création ou vérité ?

Hubert Sauper a intenté un procès en diffamation à l'encontre de l'historien du cinéma François Garçon.

Ce dernier, dans un article publié dans la revue des Temps Modernes en 2006 met en doute la véracité de certains faits, particulièrement la thèse selon laquelle « les avions arriveraient avec des armes et repartiraient avec du poisson ».

Plus tard, sur les ondes de Radio France Internationale, il avait qualifié Le Cauchemar de Darwin de « foutaises ». Depuis, plusieurs journalistes, qui avaient d'abord encensé le film à sa sortie, se sont déplacés sur le terrain à Mwanza pour mener leur propre enquête : beaucoup partagent l'avis de l'exploitation de l'Afrique par les pays riches mais tiennent avant tout au respect des faits.

Outre la question des armes, le tribunal a débattu en 2008 de la question des carcasses de poissons destinées ou non aux humains et de l'argent donné aux enfants pour jouer dans le film.

La défense de Hubert Sauper se base sur la définition d'un « documentaire de création » qui « propose une représentation du réel, une mise en forme subjective des faits. » Et c'est sur cette nuance qu'il gagna son procès en mars 2009.

Marie-Alix Saint-Paul

​ 

Article précédent
Les trésors du vaudou
Article suivant
Kinshasa Symphony de Claus Wischmann et Martin Baer
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !