Hijacking de Tobias Lindholm

Films / Somalie

Hijacking de Tobias Lindholm

Nordisk Film Prise d’otage au large de la Somalie. Comme si vous y étiez.

Partager cet article
Ni film de genre, ni film d’auteur, le long métrage Hijacking du Danois Tobias Lindholm a ce petit supplément de subtilité qui fait la marque des meilleures œuvres.

Proche du thriller par la tension qui s’en dégage, Hijacking sort du cadre conventionnel du film d’angoisse en s’embarrassant du moins de scène d’action possible.

Une entreprise comme les autres

Rétrospectivement, tout l’intérêt du film tient dans cette scène initiale de négociation commerciale, anodine au premier abord, entre un magnat du transport maritime et un entrepreneur japonais. La discussion permet à Peter Ludvigsen d’obtenir plusieurs millions en moins d’une heure. Plus tard, ce sont ces mêmes millions gagnés si aisément qui seront en jeu dans des transactions longues de quatre mois.


Hijacking-johan-philip-asbaek


Le film se construit alors autour de conversations téléphoniques éparses. Toute la tension se cristallise autour de ces phases de négociation à distance, oscillant entre moment de stratégies, de dissuasion et d’intimidation.

Et comme dans un business classique, les deux interlocuteurs au bout de la ligne défendent leurs intérêts, avec souvent le même langage que celui de l’entreprise. Les pirates somaliens apparaissent alors de manière troublante comme un client comme un autre, une entreprise comme les autres.

 

Bande annonce du film Hijacking de Tobias Lindholm

Zoom

Le regard porté sur les pirates somaliens

Jamais manichéen ni dans le jugement, Hijacking de Tobias Lindholm dépasse aussi l’opposition raciale qui sous-tend habituellement les histoires où deux camps de couleur différente s’affrontent.

Ici, il n’y a ni bon ni mauvais. Les pirates ne sont pas présentés comme des Robins des bois œuvrant de manière charitable pour faire vivre leur village. En face d’eux, les Blancs ne sont pas les victimes propitiatoires de la barbarie : le PDG de la compagnie, gérant la vie de ses collègues avec la même froideur que les affaires quotidiennes, est d’ailleurs là pour le rappeler. Non, on a affaire à deux camps qui s’ignorent, qui ne partagent pas les mêmes codes et qui ne cherchent jamais à se comprendre. 

Mention spéciale pour Omar, ce Somalien jouant le rôle génial d’un intermédiaire soi-disant captivé par les preneurs d’otage pour traduire les négociations. Perfide, truqueur, il symbolise le talent de tous ces acteurs amateurs admirablement mis en scène par Tobias Lindholm, un réalisateur à suivre.

Romain Dostes

Article précédent
Moolaadé de Sembène Ousmane
Article suivant
Robert Mugabe... What happened ? de Simon Bright
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !