Quand j'étais blanche, écrit et interprété par Fatima N’Doye

Théâtre / Sénégal

Quand j'étais blanche, un spectacle parlé et dansé très émouvant, sur la vie de Fatima N’Doye

Ciné XIII Théâtre, 1 avenue Junot, 75018 Paris. Jusqu’au 26 avril 2014. L’épopée d’une émouvante quête de soi sans demi-mesure.

Partager cet article
Le jour où Fatima N’Doye réalise qu’elle n’est pas tout à fait blanche, marque le point de départ de sa quête identitaire.

Quand j'étais blanche est l'histoire d'une enfant métisse, de père sénégalais et de mère suisse, devenue une femme dans un monde où on a tendance à vouloir absolument mettre tout le monde dans une case.

Plus jeune, dans la ville de Genève où elle est née et a grandi, elle ne se rendait pas bien compte du regard différent des autres sur elle, dans une société blanche où la diversité était quasi inexistante. « Quand j’étais blanche, je n’aimais pas beaucoup les gens noirs. D’ailleurs ça tombait bien, je n’en croisais jamais ».

Quand-j-etais-blanche-Fatima-NDoye


La dynamique de son corps et de son phrasé nous transporte dans les méandres de son vécu jusqu’à ce jour où installée à Paris, elle décide de faire le voyage pour le Sénégal afin de renouer avec ce père dont les souvenirs bien que présents s'estompent peu à peu avec le temps.

On découvre dans Quand j’étais blanche, les blessures et la sensibilité de Fatima N’Doye qui n’a trouvé d’autres moyens que l’usage de son corps par la chorégraphie et les mots pour exprimer ses joies, ses peines, ses doutes avec une émotion si intense qu’elle en devient presque troublante.

La frustration nous gagne lorsque le spectacle se termine. On en veut plus. Fatima N’Doye a donc gagné son pari. Nous amener à nous questionner avec elle sur l’importance de savoir qui on est afin de savoir où on va.

Zoom

Fatima NʼDoye, une artiste à multiples facettes

Après une formation de comédienne à l’école Florent, elle signe en 1998 sa première mise en scène (Méphisto/ Klaus Mann).

Elle joue au théâtre sous la direction de Walter Manfré, Rodolphe Gazareck,
Kinga Wyrzykowska et Pauline Bureau. En 2002, elle décide de se consacrer à la danse, sa formation initiale, et intègre l’école du Studio Harmonic.

Dans la continuité d’un parcours riche de danse et de théâtre, Fatima NʼDoye crée la compagnie " Le Temps des choses " en juin 2009. Du "temps" pour faire émerger "des choses". Pour confronter le mouvement à d’autres matières, pour mettre en danse parfois, des artistes aux parcours divers (comédiens, danseurs, musiciens, écrivains...), enfin, pour faire naître des qualités de corps individuelles au service d’une narration.

Aussi, depuis sa création, la compagnie a beaucoup travaillé sur le thème de la construction de l’identité, orienté vers la "collaboration" de ces deux disciplines, le théâtre et la danse.

Diane N

Article précédent
Exposition Ponte City de Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse
Article suivant
Interview de William Adjété Wilson à l'occasion de l'exposition Vodouns et Orixas
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !