Dem dikk (aller-retour) de Karine Birge

Partager cet article

 

Dem_dikk_aller_retour_de_Karine_BirgeDocumentaires / Sénégal
3_etoiles
Dem dikk (aller-retour)
de Karine Birge
Produit par le Centre Vidéo de Bruxelles
"Ouvrir les frontières pour développer le business"

 

Ce documentaire donne la parole à la jeunesse dakaroise à travers le portrait de Pape Diop.

Cet "académicien de l'école de la rue" exprime l'impasse dans lequel il se trouve. Technicien en télécom, il se bat à coups de petits boulots pour gagner sa vie. Malgré une réelle volonté de s'en sortir, il est victime du manque de travail, d'une économie de "subsistance".

Alors il est difficile de ne pas comprendre son désir d'aller en Europe ou aux Etats-Unis. Il se veut l'ambassadeur de tous ceux qui veulent partir et qui n'ont pas la chance de partir.

Lui-même a tenté l'aventure. Après 5 jours en mer, à la frontière mauritanienne, ils font demi-tour devant les risques encourus. S'ensuit une "haine" contre la différence de traitement entre les Européens bien accueillis au Sénégal et les Africains maltraités en Europe. "Si ca continue, on va fermer nos frontières".

Comment ne pas être tenté par l'aventure quand il affirme que 99 % des maisons de Dakar sont construites par des immigrés qui ont réussi en Europe et qu'un manoeuvre africain est plus riche qu'un entrepreneneur qui reste en Afrique.

Un documentaire qui donne la parole aux jeunes pour mieux comprendre leurs frustrations.

zoom

L'envie d'aller vers les autres de Karine Birgé

Française, née en zone de lutte, la Lorraine industrielle, Karine Birgé vit en Belgique depuis une dizaine d’années.

Comédienne, formée  au Conservatoire Royal de Liège, elle a tourné des spectacles pour enfants sur les scènes internationales, et alterné écriture, jeu et direction d’acteurs.

Elle a découvert à Bruxelles le quotidien des réfugiés, sans papiers et apatrides du Petit Château et accompagné leurs combats sociaux et culturels pendant plusieurs années.

Voyageuse infatigable, elle travaille aujourd’hui, au sein de plusieurs associations comme Dar Al Amal où elle anime des groupes d’écriture de femmes.

​ 

Article précédent
Les marchands de miracles de Gilles Remiche
Article suivant
La vie est belle de Benoît Lamy et Mweze Ngangura
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !