Une-si-longue-lettre-de-Mariama-Ba

Romans / Sénégal

Une si longue lettre de Mariama Bâ

Editions du Rocher / Collection Serpent à plumes Un roman culte et poignant du patrimoine littéraire africain traitant avec justesse de la femme et du poids sociétal des traditions qui l’encerclent dans un monde censé la protéger mais qui laisse perplexe.

Partager cet article
Une si longue lettre de Mariama Bâ fait manifestement parti des livres les plus lus au Sénégal en étant notamment étudié dans le système scolaire, mais il a également trouvé un écho dans beaucoup d'autres pays.

A travers les détails de ses pensées liées à ses états d'âme de femme, de mère et d’épouse, Ramatoulaye, le personnage principal, qui vit le deuil de son mari, écrit une lettre à sa meilleure amie Aïssatou vivant à l’étranger.

La poésie qui se dégage des mots choisis par Mariama Bâ, première femme écrivaine au Sénégal, nous entraîne dans un univers qui est un peu tabou, celui des familles dans lesquelles la polygamie est présente et où cette cohabitation découlant du seul choix de l'homme de la famille, n'est pas chose facile.

Mariama-Ba


Même si certaines femmes se sentent assez fortes et libres pour ne pas rester dans leur foyer lorsque cette situation se présente, le poids des coutumes et celui de la religion très présent au Sénégal pèsent dans cette lourde décision.

Les sujets tabous et le pouvoir des mots

En s’employant à pointer du doigt toutes les failles d’une société patriarcale à l’image de la société sénégalaise, Mariama Bâ interpelle le lecteur par le biais de Ramatoulaye, le personnage principal de ce roman. Nous sommes plongés dans l’intimité de cette femme dont l’histoire fait naître des débats sur le sujet de la polygamie, de l’amour et de l’amitié.

Une leçon de vie où se mêlent joies et drames mais où il est surtout question de rendre un hommage à la liberté de la femme, et à sa volonté de s’affirmer et de montrer au monde qu'elle est seule maîtresse de son destin. Un combat qui est d’ailleurs toujours d’actualité au Sénégal et dans le monde.

Décédée en 1981 d'une maladie grave, Mariama Bâ était une femme incroyablement féministe avant l’heure. Une si longue lettre connait un franc succès en 1979 auprès du public et des professionnels du livre. Elle obtient le Prix Noma lors de la Foire du livre de Francfort en 1980.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

Zoom

Une adaptation au cinéma

La cinéaste sénégalaise de renom Angèle Diabang est en passe d’adapter Une si longue lettre de Mariama Bâ au cinéma.

En effet, son projet est l’un des dix projets sélectionnés par La Fabrique Les cinémas du monde de l’Institut Français, et a été présenté en mai dernier durant le Festival de Cannes. Elle travaille depuis à la mise en œuvre de ce projet. 

« J’ai relu le livre, que j’avais étudié à l’école, et j’ai décidé d’en faire un film parce que nous sommes aussi dans l’ère de l’image. Au Sénégal, par exemple, nos jeunes ne lisent plus. Porter à l’écran un roman, qui a marqué notre littérature, est une autre façon d’en parler à la jeune génération, de les amener indirectement à lire à travers l’image ». Source www.Afrik.com

Ce film sera très certainement bien accueilli par le public et permettra aux avertis de redécouvrir cette histoire sous un angle différent. La formule qui dit que « Une œuvre ne meurt jamais » trouve tout son sens dans cette initiative.

Diane N.

Article précédent
Binyavanga Wainaina - One day I will write about this place
Article suivant
Okwiri Oduor récompensée par le prestigieux Caine Prize for African Writing
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !