Marie-NDiaye-trois-femmes-puissantes

Romans / Sénégal

Trois femmes puissantes de Marie NDiaye : une écriture directe sertie de métaphores lumineuses

Gallimard Prix Goncourt 2009, ce roman dépeint avec réalisme et profondeur le destin de trois femmes en marge et néanmoins puissantes.

Partager cet article

L’écriture est simple et directe. La voix intérieure de ces femmes en souffrance est quasi palpable. Leur courage, également.

Marie-NDiayeCes trois femmes se nomment Norah, Fanta et Khady.

La première, Norah, quitte sa famille et son travail d’avocate pour retrouver son père en Afrique. Seule, isolée dans un pays qu’elle connaît mal, elle va devoir se confronter à son passé et à certaines vérités qu’elle avait oubliées.

Avec finesse, Marie NDiaye évoque les affres de la pensée de Norah. Ces pensées, telle la métaphore de ce flamboyant dans lequel son père phosphorescent trône, sont imagées et d’une grande force évocatrice.

Fanta, quant à elle, est dépeinte à travers le récit de son mari Rudy. Avec lui, elle a quitté son Sénégal natal, pour une vie provinciale française ennuyeuse et médiocre. C’est à travers les pensées de Rudy, faites de remords et de culpabilité, que nous percevons qui est Fanta et les souffrances qu’elle endure. 

Khady est une jeune femme veuve esseulée et appauvrie. Le hasard la mène sur la voie de la clandestinité. Sur le chemin de l’exil, elle perdra tout.

La plume de Marie NDiaye est descriptive, formelle. Elle est également souvent sertie de métaphores extraites d’univers culturels existants ou imaginaires. De la sorte, elle nous introduit dans un monde peuplé d’humains beaux, complexes, tentant de vivre tant bien que mal.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

Dialogues avec Marie Ndiaye

Zoom

Ni femme, ni femme noire mais une auteure !

Marie NDiaye naît en 1967 dans le Loiret, d’un père sénégalais et d’une mère française.

Elle grandit en région parisienne et commence à écrire à l’âge de 12 ans. Elle publie son premier roman Quant au riche avenir en 1985.

La Quinzaine littéraire souligne cette même année à son propos qu'« elle est déjà un grand écrivain. Elle a trouvé une forme qui n'appartient qu'à elle pour dire des choses qui appartiennent à tous. »

Ce premier livre écrit à l’âge de 17 ans lui vaut d’être remarquée par la critique. Deux ans plus tard elle publie Comédie classique. Puis Femme au bûcher, En famille et Sorcière. En 2001, son livre Rosie Carpe reçoit le prix Femina. Elle conquiert un plus large public.

En parallèle, elle publie également des ouvrages pour enfants tels La Diablesse et son enfant ou Le Souhait ; et des pièces de théâtre, seule ou avec son mari Jean-Yves Cendrey, dont Papa doit manger, pièce inscrite à la comédie Française en 1998. Elle devient la seule femme vivante inscrite dans le répertoire de la Comédie française. En 2009, elle écrit le scénario du film White Material de Claire Denis.

La même année, Trois femmes puissantes reçoit le prix Goncourt. L’ouvrage se vend à 440 000 exemplaires. C’est la première fois qu’elle aborde l’Afrique dans son œuvre.

Eva Dréano

Article précédent
Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie
Article suivant
Souveraine Magnifique d'Eugène Ebodé
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !