sarahmee-sur-une-planete

Singles / Sénégal

Sarahmée, un nouveau souffle féminin et pétillant sur la planète hip-hop !

De passage à Paris, le mois dernier, cette jeune femme au regard déterminé et à la voix délicate est venue nous présenter « Sur une planète » le deuxième single d’un nouvel album qui se veut frais et hip-hop.

Partager cet article

Rencontre avec la talentueuse Sarahmée, qui s'est pliée pour nous au jeu de l'interview.

Africavivre : Quand êtes-vous tombée amoureuse du hip-hop? Quelles ont été vos influences musicales ?

Sarahmée : Je suis tombée amoureuse du hip-hop très tôt. Dès l’âge de 10-11 ans, je n'écoutais pratiquement que du rap américain et français. J’ai tout de suite accroché. Mes influences musicales ont vacillé entre Jay-z, les Fugees, Wu tang, la West Coast, Lauryn Hill et l’époque de IAM, NTM.

Africavivre : Vous préparez un album qui sortira prochainement, pouvez-vous nous en parler ?

Sarahmée : Ce sera mon premier long projet, il est prévu à l’automne. Les gens continueront de me découvrir sur cet album. Il y en aura pour toutes les humeurs. Tant au niveau musical que dans les textes. Il y aura des titres plus personnels, plus fédérateurs, des influences acoustiques rap. Ce sera du Sarahmée. 

sarahmee-sur-une-planete


Africavivre : Vous êtes d'origine sénégalaise et avez vécu dans plusieurs pays d'Afrique, en étant aujourd'hui domiciliée au Canada. Ce chemin de vie a-t-il été une force pour vous ?

Sarahmée : Forcément quand on est jeune et que l’on déménage autant avant l’âge de 18 ans, on grandit un peu plus vite. Je pense que j’étais responsable dès mon jeune âge et mature également. Aujourd’hui je me rends compte également que côtoyer autant de cultures m’a ouvert l’esprit et donné une force que d’autres n’ont pas.

Africavivre : Est-ce difficile en tant que femme de s'imposer dans le milieu du hip-hop ?

Sarahmée : Je ne crois pas plus que simplement réussir dans le hip-hop. Le succès est une longue route ardue qu’on soit un homme ou une femme. Je fais ce que j’ai à faire et je ne me remets jamais en doute à cause de mon genre. Par contre j’essaie toujours de me surpasser dans mon écriture, dans mon flow etc. Mais que je sois une femme n’a rien à voir avec cela. Je vois les autres artistes comme ma concurrence, peu importe qu’ils soient homme ou femme.

Africavivre : Avez-vous des projets musicaux en Afrique ?

Sarahmée : Faire des concerts en Afrique ! C’est sûr qu’avec la sortie de l’album j’espère avoir des dates en Afrique et aller découvrir le public africain.

Africavivre : Dans un idéal, avec quel(s) artiste(s) aimeriez-vous travailler ?

Sarahmée : Il y en a plein. Mais pour moi les collaborations sont avant tout un contact humain. Que tu sois Beyoncé ou une autre, si le courant ne passe pas, ça se ressentira dans la chanson. Mais je ne me mets pas de limite. On verra !

Africavivre : Quels sont vos projets pour demain ?

Sarahmée : Sortie de l’album cet automne. Et demain et bien toujours des nouveaux clips en attendant avec la série S. Des inédits, des surprises. Je vous garderai en haleine. Merci à l'équipe !

Sarahmée - Sur une planète

Zoom

Sur une planète où communiquer devient difficile... Sarahmée alerte !

Africavivre : Votre dernier titre " Sur une planète " renvoie à la difficulté de communiquer à deux dans ce monde ou tout va trop vite. En quoi est-ce un sujet qui vous tient à cœur ?

Sarahmée : La communication est centrale dans nos relations humaines, au travail ou sur le plan amoureux. Cette rapidité et cette facilité qu’ont amenées les réseaux sociaux est un couteau à double tranchant.

On peut se joindre plus facilement mais on ne prend plus réellement le temps de se poser et d’appeler un ami. Ou simplement de parler autour d’un café.

Diane N.

Article précédent
Akö de Blick Bassy, tous les chemins mènent au blues
Article suivant
Bassekou Kouyaté, le ngoni fort et la famille haute
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir