Ndayaan d'Omar Pene

Partager cet article

 

 

Ndayaan de Omar PeneAlbums / Sénégal
4_etoiles
Ndayaan
d'Omar Pene
Aztec Music
Le leader du Super Diamono revient à ses premières amours musicales.

 

Le chanteur sénégalais Omar Pene, leader charismatique du célèbre « Super Diamono », reprend certains des titres qui ont fait son succès dans cet album traversé de bout en bout par son style emblématique, « l’afro-feeling ».

Si vous ne connaissez pas encore « la voix sénégalaise des sans-voix », « le chanteur des étudiants, des laissés-pour-compte », cet album est pour vous.

« Ndayaan » vous plongera dans l’univers attachant et engagé d’Omar Pene, grande figure musicale du pays de la Téranga, de la même trempe que les (plus célèbres à l’international) Youssou Ndour et Ismaël Lô.

Après un avant-dernier album, « Ndam », acoustique, l’ancien leader du « Super Diamono » renoue avec ses premières amours musicales et l’on retrouve ici des arrangements groove qui rappellent les débuts du groupe mythique.

Inventeur de « l’afro-feeling », mélange de mbalax (rythme et danse sénagalaise), de blues, de jazz, funk et reggae, Omar Pene reprend sur cet album certains des titres qui ont fait son succès, dont « Bita baan » (l’enfant naturel, en wolof), une de ses premières chansons.

Voix épaisse et chaude, au timbre vibrant reconnaissable parmi toutes, Omar Pene chante depuis plus de trente ans les oubliés de la société : que ce soit le « Silmaxa » (le non-voyant) ou la « Ndayaan » (l’orpheline).

On regrette peut-être que l’une des plus belles chansons sénégalaises jamais composées, « Soweto », ne figure pas dans la liste des titres de l’album. Et puis on se dit qu’après tout, on est déjà bien gâté…

 

« Ndayaan », l’orpheline

zoom

Omar Pene et le Super Diamono

À l’heure où les rythmes afro-cubains envahissent l’Afrique des années 1960/1970, des groupes sénégalais cherchent leur identité musicale.

De ses recherches, un groupe de musiciens de génie crée « l’afro-feeling », mélange de mbalax, funk, blues et reggae.

Ce groupe s’appelle le « Super Diamono », bientôt concurrencé par le « Super Étoile » de Youssou Ndour, né à la même époque.

Développant son style musical contre vents-et-marées cubaines, le groupe rencontre au fil des ans un succès retentissant en raison des textes de son leader, Omar Pene, qui décrit des réalités sociales et politiques dans lesquelles se retrouve chaque Sénégalais.

Depuis plus de trente ans désormais, le « Super Diamono » fait vibrer le Sénégal, même si ses concerts se font de plus en plus rares.

Omar Pene et le Super Diamono, « Soweto »

 Lola Simonet

​ 

Article précédent
The buzz de Fuse Odg, le phénomène Azonto
Article suivant
No place for my dream de Femi Kuti
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !