Cheikh-Ibra-Fam-Jimmy-Marone

Albums / Sénégal

CHEIKH IBRA FAM, d'Otis Redding à Balla Sidibé

Soulbeats Music "Orchestra Baobab a réveillé l'Afrique qui dormait en moi"

Partager cet article

A l'occasion de la sortie du clip "The Future", Cheikh Ibra Fam se confie sur son cheminement musical, sur Balla Sidibé aussi, et son album à venir. Rencontre.

Comment la chanson « The Future » a-t-elle vu le jour ?

Cheikh Ibra Fam : La chanson « The Future » est le fruit d'une réflexion sur la place de l'Afrique sur la scène musicale internationale.

En combien de temps le clip a-t-il pris forme ? Qui l'a réalisé ? Comment le travail s'est-il passé avec lui ?

Cheikh Ibra Fam : Le tournage du clip s'est fait rapidement en une seule journée à l'ile de Gorée au Sénégal, car nous étions bien préparés. Je travaille toujours avec la même équipe pour l'audiovisuel composée de jeunes Sénégalais très doués avec qui le courant passe très bien.

Comment avez-vous collaboré avec Balla Sidibé sur ce morceau ? Quel souvenir gardez-vous de lui ?

Cheikh Ibra Fam : Balla était mon mentor. Je le considérais comme mon père. Le respect aux ainés est très important en Afrique, et Balla était en plus une très bonne personne. Des anecdotes avec lui, il y en a beaucoup. À mes débuts dans Orchestra Baobab, il claquait ses baguettes de tombal à chaque fois que je faisais une erreur sur scène et cela même en public. Cela m'a permis aujourd'hui d'être très perfectionniste et concentré dans mon art.

Quel bilan faites-vous de votre carrière sous le nom de Freestyle ?

Cheikh Ibra Fam : Le bilan sous le nom de « Freestyle » ? Un objectif de carrière qui s'est construit au fil des albums avec le soutien inconditionnel de mes fans sénégalais. L'artiste que je suis devenu aujourd'hui reste dans la continuité. Mais il est vrai que toutes ces années m'ont permis de me perfectionner et, grâce à elles, j'ai acquis plus de maturité, d'expérience et surtout de patience. Être « connu » du grand public et qui plus est sur la scène internationale, demande beaucoup de conviction et de patience.

Que vous ont apporté vos années avec l'Orchestra Baobab ?

Cheikh Ibra Fam : Orchestra Baobab a réveillé l'Afrique qui dormait en moi. J'ai réalisé avec eux la richesse de notre patrimoine culturel et musical. Et la musique a cela de magique, c'est qu'elle devient riche et puissante par la fusion avec d'autres univers musicaux, c'est ce qui m'inspire aujourd'hui...

Quel message vouliez-vous transmettre avec la chanson « Yolele » ?

Cheikh Ibra Fam : Le message dans « Yolele » est le respect et la tolérance dans la différence. Je réalise que le jugement amène beaucoup de haine et ne facilite pas la cohabitation entre les êtres humains. On devient meilleur avec la tolérance : chaque personne a ses défauts, mieux vaut se concentrer sur soi-même et essayer d'être meilleur.

De quelle manière travaillez-vous ?

Cheikh Ibra Fam : Je travaille très librement. Je prends souvent mon temps, car je suis très perfectionniste. J'ai la chance d'avoir un studio chez moi où je compose la base de ma musique. Ensuite, je partage avec les musiciens qui m'entourent que j'écoute avec beaucoup de respect. C'est un travail de groupe, c'est important que chacun puisse s'exprimer en tant qu'artiste.

Quels thèmes vous inspirent-ils en particulier ?

Cheikh Ibra Fam : Je suis inspiré par la vie, l'amour et la justice.  L'Afrique m'apporte beaucoup avec ses multiples facettes, sa joie de vivre et sa positivité.

Quels artistes vous ont-ils principalement influencé ?

Cheikh Ibra Fam : Les artistes qui m'ont le plus influencé sont Otis Redding, Aretha Franklin et Bob Marley.

Que pouvez-vous nous dire sur votre album « Peace in Africa », qui sera dévoilé en mars 2022 ?

Cheikh Ibra Fam : « Peace in Africa », c'est un message de paix et d’espoir. Sans cela, rien ne peut être bâti et, à défaut, ne peut apporter que la destruction de ce que l'on a déjà. Je souhaite que mon continent retrouve des jours meilleurs et qu'il connaisse le développement et la paix, qu'il aide sa jeunesse qui manque de travail. Vraiment, nous souhaitons un avenir meilleur.

En quelques mots, que ressentez-vous quand vous faites de la musique ?

Cheikh Ibra Fam : Quand je fais de la musique, je suis ailleurs. J'ai le sentiment d'être connecté avec moi-même et pour moi, il n'y a pas de mot pour définir cet état.

Remerciements chaleureux à Cheikh Ibra Fam et Fred Lombard. 

Zoom

Comment tout a commencé

Quand avez-vous su que vous deviendriez un artiste musical ?

Cheikh Ibram Fam : Je l'ai su très tôt. J'ai grandi dans une famille d'artistes. Mes parents aimaient beaucoup mettre de la musique à la maison et j'ai été très tôt influencé par la Soul music surtout par Otis Redding.

Je chantonnais tout le temps parfois sous la douche jusqu'au jour où j'ai pris la décision de faire carrière en toute complicité avec ma mère. J'avais peur de la réaction de mon père. Même s'il était au courant de cette nouvelle passion, j'ai attendu longtemps avant de lui faire écouter mon premier morceau.

C'était dans sa voiture, et je ne lui ai pas dit que c'était moi le chanteur, histoire de tester sa réaction. Il m'a dit « Waouh, cette voix est magnifique ! Est-ce que tu ne pourrais pas faire comme lui ? » Et c'est à ce moment-là que je lui ai avoué que c'était moi qui chantais. Surpris, mon père ne voulait pas me croire, et c'est depuis ce jour que j'ai décidé de me lancer dans une carrière musicale.

Matthias Turcaud

Article précédent
GRÖDASH, fervent militant de la "Ghetto Littérature"
Article suivant
BADI, l'artiste "trouble-fête" qui ne veut pas faire danser idiot
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir