angelique-dione-senegal

Albums / Sénégal

ANGÉLIQUE DIONE, tout droit depuis le cœur

Du régional à l'international

Partager cet article

... ou la voix comme passeport !

Comment le goût de la musique vous est-il venu ?

Angélique Dione : Par ma famille, mon père est conseiller culturel et ma sœur aînée chantait à la chorale et tous les jours à la maison.

Quelles sont les principales raisons qui vous font chanter ?

Angélique Dione : La musique, c'est ma passion, ma vie ; dès que je chante j'oublie tous mes soucis.

Quand l'inspiration vous vient-elle ?

Angélique Dione : L'inspiration me vient d'habitude quand je voyage en voiture, tard dans la nuit ou quand je me réveille, également quand je répète avec ma guitare.

Comment le groupe Acoustic Law a-t-il été créé ?

Angélique Dione : En 2006-2007. Avec le guitariste Moustapha Cissé et le claviériste François Dassaou, nous nous sommes rencontrés à l'école nationale. Nos voix se superposaient très bien, c'est comme ça qu'est né le groupe Acoustic Law.

Angelique-dione

Que veut dire "Lou Djogue Xi Xol", titre de votre premier album ? De quoi parlez-vous dans cet album ?

Angélique Dione : "Lou Djogue Xi Xol"v dire ce qui vient du cœur. Les thèmes abordés dans l'album sont l'amour, l'éducation pour les enfants, le fait de se battre dans la vie.

Que veut dire "Aduna Woroul", titre d'une des chansons de cet album ?

Angélique Dione : "Aduna Woroul" veut dire que la vie est faite de surprises.

Dans quelles langues chantez-vous ?

Angélique Dione : Je chante en wolof, en sérère - ma langue maternelle -, en français et en anglais.

A quel point Ismaël Lô a-t-il été déterminant dans votre carrière ?

Angélique Dione : J'ai beaucoup appris avec lui, de par son professionnalisme et son engouement pour la musique. Il m'a aussi beaucoup inspiré, j'ai travaillé avec lui durant 1 an.

Quels souvenirs gardez-vous de votre tournée avec le collectif Farafina ?

Angélique Diome : Avec la rappeuse Safi et la choriste Gina, nous avons fait une tournée internationale grâce à Thierno Ba, notre producteur. J'en ai gardé de beaux souvenirs, nous étions comme des sœurs et jusqu’à présent nous gardons de bons contacts.

Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec le claviériste Aly Hachem ?

Angélique Dione : J'ai connu Aly Hachem grâce à Michael Soumah, qui m'avait entendu chanter et qui m'a mis en rapport avec Aly Hachem. Nous avons joué de la variété internationale dans de nombreux hôtels de Dakar ainsi que dans la sous-région au Sénégal, également en Gambie, en Éthiopie et au Tchad.

Votre deuxième album s'intitule "Djenné" : pourquoi ce nom ?

Angélique Dione : L'album "Djenné" est né en 2016 grâce à François, un Français, qui nous a vu jouer au Café de Rome. Il est tombé amoureux de ma voix, et a voulu faire cet album dans lequel il raconte ses expériences dans la belle ville de Djenné au Mali. Dans cet album on raconte la vie du roi Koykomboro, de sa femme, de leur quotidien, mais également l'entente parfaite entre les habitants de Djenné.

Huit ans se sont écoulés entre vos deux albums...

Angélique Dione : Oui, huit ans, je tiens à ce que ma musique soit bien faite et pour cela je ne me précipite jamais, je prends le temps de bien faire mûrir mes projets.

Quels sont vos projets actuellement ?

Angélique Dione : Jouer dans des festivals, avoir beaucoup de dates afin de faire connaître ma musique, car nous avons un répertoire large et varié, fruit de 20 ans d'expérience dans la musique, puisque j'ai commencé à chanter à l'âge de 12 ans.

Quels artistes vous ont-ils inspiré en particulier ?

Angélique Dione : Mes artistes favoris sont Aretha Franklin, Withney Houston, Yandé Codou Sène, Tracy Chapman, Colbie Caillat, Lizz Wright.

Zoom

Yandé Codou Sène (1930-2004), une des artistes préférées d'Angélique Dione

Chanteuse sénégalaise d'origine sérère, Yandé Codou Sène fut la griote officielle de Léopold Sédar Senghor.

Elle a constitué une source d'inspiration majeure pour de nombreux musiciens notables, dont Youssou N'Dour.

Même si elle chante depuis l'enfance, elle n'enregistre son premier album qu'à l'âge de 65 ans, "Night Sky in Sine Saloum", en 1998.

Elle avait cependant déjà travaillé avec Youssou N'Dour sur l'album "Gaïndé", en 1995. L'album "Youssou N'Dour Presents Yandé Codou Sène" lui fait également honneur.

Dans le film "Mossane" de sa compatriote réalisatrice Safi Faye (1996), elle interprète une chanson invoquant les Pangool, esprits ancestraux de la religion sérère.

Matthias Turcaud

Article précédent
Les nuits inouïes d'IFRIQIYYA ÉLECTRIQUE
Article suivant
BALOJI, le maestro congolais
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !