Ablaye Ndiaye Thiossane

Partager cet article

 

 

Thiossane_Ablaye_NDiayeAlbums / Sénégal
5_etoiles
Ablaye Ndiaye Thiossane
Discograph
Chanteur sénégalais de 75 ans, Ablaye Thiossane livre un premier album à l’énergie contagieuse.

 

Tino Rossi comme première source d’inspiration !

Originaire de Thiès, à 70 km de Dakar, il aime à raconter que l’une de ses principales sources d’inspiration est Tino Rossi, qu’il écoutait à la radio dans son village. Mais il ne s’agit pas là de sa seule influence : le jazz américain, les crooners comme Harry Belafonte, la musique orientale de Farid El Atrach sont autant de sources que Ablaye Ndiaye réinvestit dans sa musique. Cet éclectisme est d’ailleurs la particularité de sa musique.

Un album à valeur de résurrection

S’il s’agit effectivement du premier album de Thiossane, il n’en demeure pas moins que son succès fut immense dans les années 1960.

En 1966, il fait partie des artistes appelés par le président Léopold Sedar Senghor pour participer au Festival des arts nègres de Dakar, à la suite duquel il acquiert une grande renommée. Sa chanson Talene Lampe Yi (« allumez les lampes » en wolof) est d’ailleurs retenue comme l’hymne de l’évènement à la radio.

La suite se fera plutôt dans l’ombre : Thiossane se consacre essentiellement à la peinture. L’une de ses œuvres est d’ailleurs exposée au siège de l’ONU, une autre a été la plus grosse vente du Sénégal dans les années 1970.

 

zoom

La musique afro-cubaine

Il y a quelque chose d’un Compay Segundo ou d’un Ibrahim Ferrer chez Thiossane.

La comparaison peut paraître aventureuse, mais elle prend tout son sens lorsqu’on sait que le père du chanteur possédait plusieurs CDs d‘artistes cubains, notamment le Septeto Habanero, et que lui-même livre un album mélangeant cuivres, percussions et guitares.

Le Sénégal a une longue tradition d’artistes et de groupes mélangeant les sonorités afro-cubaines : parmi ceux-là, Ibrahim Kassé ou Africando.

La comparaison ne s’arrête pas là : son éclosion tardive rappelle forcément celle des membres du Buena Vista Social Club, qui ont acquis leur immense popularité après avoir fêté chacun leurs 60 ans. Cette éclosion tardive contribue certainement à rendre cette musique d’autant plus emplie de sagesse.

Romain Dostes
en-vente-a-la-boutique-africavivre

​ 

Article précédent
Lambarena, Bach to Africa de Hughes de Courson et Pierre Akendengue
Article suivant
Fatoumata Diawara en concert
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !