Les marchands de miracles de Gilles Remiche

Partager cet article

 

Les_marchands_de_miracles_de_Gilles_RemicheDocumentaires / République Démocratique du Congo
4_etoiles
Les marchands de miracles
de Gilles Remiche
Les Films de la Passerelle
Un coup de projecteur saisissant sur le phénomène des églises évangélistes à Kinshasa.

 

Réaliser un documentaire haletant sans narrateur est la prouesse réalisée par le Belge Gilles Remiche. Il est vrai que le sujet sur les églises pentecôtistes à Kinshasa s'y prêtent totalement.

Les scènes d'une foule en transe devant les évangélistes parlent d'elles-mêmes. Des femmes gémissent au sol, des fidèles se bousculent pour toucher leur prophète. C'est un défouloir pour ces personnes qui espèrent ainsi guérir ou sortir de la pauvreté.

Le développement de la religion pentecôtiste s'appuie sur la promesse immédiate. Une fidèle donne par exemple jusqu'à un dixième de ses revenus dans l'espoir de récolter dix fois plus.

Les évangélistes sont sans scrupules, de vrais businessmen qui abusent les hommes et les femmes les plus faibles.

Ce documentaire retranscrit une réalité bien ancrée en République Démocratique du Congo et sans aucun jugement sur la religion dénonce les dégâts occassionnés par l'absence d'un Etat de droit qui n'assure ni sécurité, ni enseignement, ni soins et qui laisse la porte ouverte aux églises de guérison, appelées aussi églises du réveil !

 

 

zoom

Une société de production engagée

Fondés en 1984, Les Films de la Passerelle se sont spécialisés dans la création documentaire de films engagés dans des problématiques sociales, humanitaires, politiques et relatives aux rapports Nord Sud.

On note à leurs actifs, parmi leurs dernières productions, plusieurs documentaires sur l'Afrique : Berlin 1885, la ruée sur l'Afrique, Mémoire du Congo-Zaïre , fragments inédits et Katanga, la guerre du cuivre, version réactualisée de Katanga Business.

En cours de tournage, Moïse Katumbi, portrait du gouverneur de la province de Katanga, Madame Bâ, l'adaptation du roman d'Erik Orsenna et Madame Poul, qui nous fera partager la vie de Philomène, divorcée et mère de 2 filles, et son combat quotidien pour survivre à Kinshasa.

Quel programme alléchant !

 

​ 

Article précédent
Afrique[s] réalisé par Alain Ferrari
Article suivant
Dem dikk (aller-retour) de Karine Birge
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir