Kongo-de-Christian-Perrissin-et-Tom -Tirabosco

BD / République Démocratique du Congo

Kongo de Christian Perrissin et Tom Tirabosco

L’adaptation en BD d’Au Cœur des Ténèbres

Partager cet article

Décidément, l’œuvre la plus connue de Joseph Conrad continue d’hanter les artistes contemporains.

Plus de 100 ans après sa publication, ce roman plein d’ambiguïté et de mystère continue d’intriguer.

Après les adaptations au cinéma de Francis Ford Coppola ou de Werner Herzog, pour ne citer qu’eux, c’est au tour de Christian Perrissin et Tom Tirabosco, deux auteurs de BD de remettre en scène les aventures de l’aventurier anglo-polonais.

Une Noirceur appropriée

Kongo-de-Perrissin-et-Tirabosco


Pour rendre compte du récit éprouvant de Josef Konrad Korzneniowski, le vrai nom de l’auteur, les deux dessinateurs ont opté pour un rendu en noir et blanc. Il fallait bien ça pour restituer l’atmosphère étouffante dans laquelle se retrouve très vite l’écrivain.

Employé comme officier de marine marchande par la Société Anonyme Belge pour le commerce du Haut-Congo, il se retrouve très vite au contact d’une société de braconniers et de commerçants véreux.

Au-delà de l’hostilité ambiante, c’est tout le système colonial qui lui paraît très vite insupportable.

Kongo

Barbarie, pratiques esclavagistes, absence totale de droits humains : au lieu de faire l’expérience d’une mission civilisatrice, l’auteur se rend bien vite compte que Belges et Français réinventent à la fin du XIXe siècle un système auquel ils avaient voulu mettre fin quelques années plus tôt avec la fin de l’esclavage.

Zoom

Les velléités civilisatrices de Josef Conrad

Ce que nous apprend cet ouvrage, c’est aussi la naïveté, la candeur avec laquelle l’auteur est parti pour le Congo.

Convaincu par le roi Léopold II de la mission civilisatrice de l’Europe en Afrique, Conrad part avec le sentiment d’aller accomplir une mission humanitaire.

Cette entreprise, dont Conrad n’a jamais remis en cause le bien-fondé, fait d’ailleurs d’Au Cœur des Ténèbres un ouvrage controversé.

Romain Dostes

Article précédent
Aimé Césaire, Miriam Makeba & co : la vie des grands expliquée aux petits
Article suivant
Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !