Retour sur le concert de Femi Kuti au Bataclan

Partager cet article

 

Femi-Kuti-Concert-BataclanConcerts / Nigeria
4 etoiles
Retour sur le concert de Femi Kuti au Bataclan
Bataclan le 22 avril 2013
Un showman hors norme

 

Ce 22 avril, jour de la sortie du nouvel album de Femi Kuti, No place for my dream, nous nous sommes rendus au Bataclan écouter le meilleur ambassadeur de l’Afrobeat.

Pour un lundi soir, il fallait être en forme : Femi est une boule d’énergie qui vous invite à entrer dans la danse avec panache et frénésie.

Retour sur un concert musical et sportif

Femi a démontré que l’Afrobeat est une musique qui s’apprécie en live. Dès l’arrivée des choristes et des musiciens, vêtus en costumes traditionnels ultra-clinquants (quoiqu’un peu kitsch), on pouvait apprécier son sens du spectacle.

Et la performance initiale, une même note de saxophone jouée pendant trois minutes comme un didgeridoo aborigène, plaçait ce concert aux confins de la transe. 

Accompagné de musiciens d’exception, jouant lui-même avec brio du saxophone et de la trompette, Femi a pour lui une énergie formidable dont il ne fait pas l’économie.

Un discours politique suranné

Même si on ne vous fera pas le coup de parler de son père, force est de constater que Femi joue parfois du mimétisme avec le Black President.

C’est d’ailleurs quand il ressemble trop à ce que faisait Fela que Femi est le moins bon.

Notamment dans le discours : ce soir, Femi a lancé au public quelques sentences à l’emporte-pièce, trop généralistes pour faire mouche. Lorsqu’il haranguait le public du grand nom de « Revolution », il avait l’air de reprendre sans l’incarner l’engagement politique du père de l’Afrobeat.

Mais c’est sans doute le défaut de sa qualité, de son enthousiasme total qui l’amène à s’enflammer et à brûler sur scène de toutes les manières.

Un vrai showman, on vous dit, qu’il serait dommage de ne pas voir au moins une fois sur scène.

 

Femi Kuti & The Positive Force live EXIT Festival 2011

zoom

La tournée française de Femi Kuti

Femi ne s’arrête pas à Paris !

Ce concert est le début d’une tournée qui le conduira dans les salles suivantes dans les jours à venir :

- Le Grand Mix à Tourcoing le vendredi 26 avril
- La Rodia à Besançon le samedi 27 avril
- La Carène à Brest le mardi 30 avril
- Le Peuble à Bretignolles sur mer le samedi 11 mai
- Les Docks à Lausanne le mardi 14 mai

Romain Dostes

​ 

Article précédent
Ndoni de Roland Tchakounté
Article suivant
My Life de Sia Tolno
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir