Black-Tenere-KEL-ASSOUF

Albums / Niger

Black Tenere, le nouvel album de KEL ASSOUF

Glitterbeat Après la sortie ovationnée de Tikounen en 2016, le groupe touareg Kel Assouf revient en beauté sur le devant de la scène.

Partager cet article

Black Tenere est sorti le 15 février 2019 sur la maison de disque Glitterbeat.

 

Avis aux amateurs de blues, de rock touareg et de bons sons, le petit dernier s’annonce déjà un classique en la matière. Premières notes jouées et on est transporté dans le désert touareg, ces vastes étendues nigériennes dans lesquelles la guitare dessine des loops à l’infini, se fait écho au vent et à la puissance des éléments de la nature.

Et si vous vous demandez comment ces trois musiciens atypiques (l’auteur compositeur Anana Ag Harouna, le batteur Olivier Penu et Sofyann Ben Youssef aux claviers et à la production) s’y prennent pour produire un son si lunaire, désolé, nostalgique, tantôt vaporeux, tantôt rugueux, Anana Ag Haroun vous précise : « Le studio stockholmois [dans lequel ils ont enregistré] appartient à des musiciens, dont l’un est un ami. Sa particularité est de posséder une vaste collection de claviers, synthés, guitares, basses et batteries, des instruments vintages. Nous avons essayé de trouver des sons étranges. »

A part ça, l’album Black Tenere est bien sûr à l’image de ses précédents, fondamentalement politique. « Black Tenere parle de la tragédie Tamashek, de son histoire depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui et de la géopolitique en place dans le désert pour ses ressources naturelles. »

La voix tamashek portée par le leader du groupe Kel Assouf est douce, directe, sans détour et poétique. Sur le morceau Taddout, Anana Ag Haroun chante par exemple :
« I follow the traces of antelopes, I live in the desert and its storms,
my favorite flower is that of acacia. It's called Tabsit.
Its perfume is that of freedom and loneliness, Far from the tumult of city life. »

Zoom

Qui est le trio gagnant de Kel Assouf ?

Le guitariste et auteur-compositeur nigérien Anana Ag Haroun vit actuellement en Belgique où ses trois filles sont nées.

Ce pays est ainsi devenu une part de son identité et aujourd’hui, il se sent belge au Niger et nigérien en Belgique.

Olivier Penu, quand à lui, est un jeune batteur de jazz belge. Sofyann Ben Youssef, un producteur électronique fan de rock né et ayant grandi en Tunisie.

Le groupe et sa musique sont ouverts sur le monde, sans frontière, cosmopolites et multiculturels. Et leur dernier album la preuve, s’il en était besoin, que le syncrétisme culturel sera toujours une source d’influence positive et enrichissante.

Et en effet, à ce sujet, Anana Ag Haroun dit : « La musique est une arme de guerre sans violence. C’est une revendication de justice et l’âme de l’humanité. Elle rassemble des êtres humains de différents pays. Si nous investissions davantage dans la culture aujourd’hui et moins dans les armes, le monde serait différent. La musique est la paix pour nos âmes. »

Eva Dréano

Article précédent
TOURE KUNDA : In-dé-mo-dable !
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !