Nabalum-et-Sanzy-Viany

Concerts d'artistes africains / Burkina Faso / Cameroun

La burkinabée Nabalüm et la camerounaise Sanzy Viany en concert à Addis Abeba !

Quand l'Ethiopie par l'intermédiaire de l'Institut Français reçoit en musique le Burkina Faso et le Cameroun.

Partager cet article

Dans l'écrin idéal du jardin de l'alliance éthio-française d'Addis Abeba, deux chanteuses se sont associées samedi dernier pour nous offrir une bien agréable soirée.

La première, Nabalüm, burkinabée qui a grandi à Abidjan, s'est certes distinguée par son apparence en partie travaillée, avec deux très grandes boucles d'oreilles rouges et un contagieux sourire, mais tout autant par son envoûtante voix et la grande charge émotionnelle dont elle investit ses chansons qui autorisent à rêver, parlent beaucoup de la jeunesse et des droits des femmes...

L'année dernière a été importante pour elle, puisque l'Institut Français lui a octroyé le visa pour la création avec à la clé une résidence à la Cité internationale des arts à Paris et qu'elle a également sorti son premier album, "Saké".

La seconde, la camerounaise Sanzy Viany, deux fois finaliste du prix RFI, colporte elle aussi un message d'espoir à l'image du nom de son deuxième album, "Ossu", qui en langue Eton signifie "en avant".

Sur des rythmes souvent soutenus, elle parvient à transmettre une belle énergie, le tout pour une musique hybride et issue de sources d'inspirations diverses, du blues, du soul et du jazz pour arriver à une sorte d' "ethno world music" se dérobant aux caractérisations trop promptes.

Les deux artistes étaient accompagnées par un collectif de musiciens à la fois solides et enthousiasmants et ont pu faire danser et voyager musicalement un public nombreux et diversifié, venu de France, d'Ethiopie et d'ailleurs.

Sur le plan gastronomique on note également un sans faute, puisque le camion à pizzas Effoi a assuré un service très ragoûtant.

Zoom

Les Alliances éthio-françaises d’Addis Abeba et de Diré Daoua

Les Alliances éthio-françaises d’Addis Abeba et de Diré Daoua favorisent les échanges culturels et linguistiques entre l’Éthiopie et la France depuis 1907 et 1908 respectivement.

Leurs missions principales sont l’enseignement de la langue française et la promotion des arts et la culture.

Ces deux Alliances éthio-françaises sont au cœur des arts en Éthiopie, de par leur programmation dynamique de concerts, expositions, projections de films, théâtre et autres manifestations culturelles.

Les AEF d’Addis Abeba et de Diré Daoua sont fermement engagées à soutenir le secteur artistique local.

Matthias Turcaud

Article précédent
Ils s’appellent Yélé, lumière en bambara !
Article suivant
Tony Allen invente son propre jazz
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir