Said-Mesnaoui-Fik-Anta

Concerts / Maroc

Saïd Mesnaoui, musicien du monde et fusion gnawa

Humaniste, la musique de Saïd Mesnaoui est avant tout un moyen de véhiculer un message de paix, de partage et d’espoir.

Partager cet article
Début du mois d’août, Paris se dépeuple. La cantine du Petit Bain accueille le concert de Saïd Mesnaoui devant un public épars.

L’ambiance est chaleureuse et bonne enfant. Saïd, sourire avenant, nous invite dans son univers : une fusion gnawa faite de spontanéité et d’expérimentations musicales. Son discours et ses chansons prônent la paix, le partage et l’espoir.

Saïd Mesnaoui, hajhouj (luth traditionnel) sur les genoux, accompagné d’Olivier Le Bihan - guitare, pédales à effets et e-bow (archer électronique) - débute son concert en entonnant de sa voix profonde et grave une chanson pour la paix. Le hajhouj marque le tempo.

Saïd-Mesnaoui


Souvent rock parfois expérimentale, la guitare prend de nombreuses formes. Parfois elle s’apparente à une flûte ou à une clarinette lorsque l’e-bow est actionné. D'autres fois, électrique puis aérienne lorsqu’une des pédales déclenche un nouvel effet. Le plus souvent, elle est harmonieuse et accompagne avec légèreté la voix de Saïd.

L’hajhouj formé de trois cordes pincées, suit son propre rythme, saccadé et lancinant. Il se grave dans les esprits devenus caisse de résonance et est parfois remplacé par les qraqeb (castagnettes en métal).

La guitare et l’hajhouj empruntent des rythmes différents, s’appellent et se répondent. Quand ils cheminent ensemble et suivent le même rythme : la fusion est définitivement rock. L’atmosphère festive et thérapeutique de la musique gnawa traditionnelle est réunie. Les esprits voguent tranquillement. Les mains se réunissent et les têtes dodelinent pour marquer le temps.

Saïd explique avec patience chacun de ses morceaux. Ils appellent tous à plus de tolérance et de fraternité entre les êtres peuplant notre planète.

Fin du concert. La sincérité de cette musique et son message universel nous laisse dans des brumes quasi transcendantales. La fusion gnawa opère son effet.

Gnawa Power : Saïd Mesnaoui en direct pour Survivre au sida !

Zoom

Transe gnawa engagée

Issu d’une famille de musiciens, Saïd Mesnaoui grandit dans le respect de la tradition.

Jeune, il est initié aux percussions, puis apprend auprès d’un maître gnawa à manier le Hajhouj. Plus tard, dans les années 70, Saïd Mesnaoui participe à de nombreux festivals au Maroc, en Afrique du Nord, en Europe et au Moyen Orient.

Emprisonné à trois reprises pour avoir critiqué le système politique de son pays, militant de la liberté et citoyen du monde, il part s’installer au Canada en 1986. Il débute alors une carrière solo. Sa musique gnawa fusionne avec le jazz et il enregistre trois albums.

En 1998, il s’installe en France et forme un nouveau groupe avec des musiciens français. En 2013, son dernier album Fik Anta signifie réveille-toi.

Depuis quelques années, ses projets témoignent de son désir de faire se rencontrer différents univers musicaux : rock, jazz, blues, reggae et rythmes marocains (ghiwane, sahraoui, berbère et gnawa) et diverses cultures (canadienne, marocaine et française).

Humaniste, sa musique est avant tout un moyen de véhiculer un message de paix, de partage et d’espoir.

Eva Dréano

Article précédent
Poly-Rythmo, les papis béninois font de la résistance
Article suivant
Punta Negra, sacrée Compagnie d'Ambianceurs
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !