Bamako de Abderrahmane Sissako

Partager cet article

 

Bamako_de_Abderrahmane_SissakoFilms / Mali
4_etoiles
Bamako
d'Abderrahmane Sissako
Sélection officielle du Festival de Cannes 2006
Un film bouleversant sur la vie quotidienne des habitants d’un quartier de Bamako alors que se tient dans une cour le procès contre le FMI et la Banque mondiale.

 

Mélé est chanteuse dans un bar et son mari, Chaka, sans travail s'enfonce dans le silence.

Malgré une fille qui les unit, leur couple se déchire peu à peu. Ils vivent dans une maison qu'ils partagent avec plusieurs familles.

Dans la cour se tient un étonnant événement : le procès de la société civile africaine contre la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International !

Le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako nous surprend avec ce film qui fait cohabiter des membres d'un tribunal et de paisibles habitants d'un quartier populaire de Bamako.

On est à mi-chemin entre la fiction et le documentaire. On comprend finalement l'enjeu de ce huis clos à travers les effets négatifs de la mondialisation actuelle sur le quotidien des Africains.

Les habitants du quartier semblent ne pas s'intéresser au procès, ils sont désoeuvrés et à l'image de Chaka pensent qu'il est plus important de s'en sortir par soi-même que d'attendre une aide extérieure. 

Un film étonnant qui ne laisse pas indifférent !

 

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

zoom

Ils jouent leur propre rôle

C’est le cas de Me Aïssata Tall Sall (ancien ministre sénégalais de la Communication) qui se lance dans un vibrant réquisitoire contre les institutions de Bretton Woods qui font supporter à l'Afrique une dette que ses fils et filles ne pourront peut-être jamais payer.

Le Français Me Bourdon, qui crache lui aussi ses vérités aux prédateurs de l'oligarchie ultra libérale de la planète, est avocat de profession tout comme Roland Rappaport qui lui défend la Banque mondiale et le FMI.

Les arguments de la société civile sont exposés par Aminata Traoré, écrivain et altermondialiste très connue au Mali.

​ 

Article précédent
Lumumba de Raoul Peck
Article suivant
La Noire de... de Sembène Ousmane
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !