amadou-sanogo-magnin

Expos / Mali

AMADOU SANOGO, le Mali en questions

Le peintre de Ségou, aussi abstrait que percutant, est mis à l'honneur à la galerie A-Magnin.

Partager cet article

Né en 1977 à Ségou, dont il s'exerce déjà à dessiner le grand marché, Amadou Sanogo continue ensuite ses études à l'Institut national des Arts de Bamako, sur les conseils de son professeur de dessin ségovien.

Abdoulaye Konaté, le directeur de cette structure très reconnue en Afrique de l'Ouest, l'y repère tout particulièrement.

Nourri à l'art moderne et abstrait, Amadou Sanogo s'en inspire fortement, tout en traçant son sillon propre.

Clairement opposé à l'académisme, il se montre friand de formes nouvelles, commençant ainsi à travailler sur des draps et toiles qu'il trouve au marché aux tissus.

Ses différents travaux interrogent non sans humour le lien entre tradition et modernité, ainsi que la quête de l'individu au sein de la société malienne, sur laquelle Sanogo réfléchit intensément et aux problèmes de laquelle il se montre très sensible.

"Je me pose beaucoup de questions sur les paroles bambara, le système de fermeture social malien et même international qui sont des handicaps pour notre développement. Je me demande comment faire pour arrêter cette fermeture."

Dans un même élan, Amadou Sanogo mêle l'épopée historique de son pays avec son expérience personnelle, questionne le rapport à la consommation, la solitude, à l'aide, souvent, de couleurs vives, de schémas et de formes géométriques.

En 2015, l'association AB1 ou Atelier Badialan, un espace de travail et d'échange entre treize artistes plasticiens du Mali, voit le jour sous son instigation. Cette structure pionnière acquiert d'autant plus de valeur dans le contexte des artistes maliens, marqué par la précarité généralisée du secteur, le cloisonnement du public et la difficulté d'accéder à des équipements culturels.

Sanogo rappelle d'ailleurs qu'il a longtemps eu du mal à faire accepter sa vocation par sa famille dans un pays où les artistes suscitent globalement indifférence et mépris.

Zoom

Informations pratiques

Le vernissage de l'exposition à la galerie A-Magnin a eu lieu, en présence de l'artiste, le 26 janvier ; et on pourra la découvrir jusqu'au 30 mars, du mardi au samedi, de 14h à 20h.

La galerie A-Magnin se situe au 118 boulevard Richard Lenoir, dans le 11ème arrondissement de Paris.

Sur rendez-vous : tel +33 (0) 1 43 38 13 00 / info@magnin-a.com

http://www.magnin-a.com 

Matthias Turcaud

Article précédent
MAIMOUNA JALLOW, conteuse gambienne... a le vent en poupe
Article suivant
Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand : la sélection REGARDS D'AFRIQUE 2019
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !