L'empreinte du renard de Moussa Konaté

Romans / Mali

L'empreinte du renard de Moussa Konaté

Points Un polar à la rencontre de la culture dogon.

Partager cet article
Les Editions Points ont lancé avant l'été une opération originale intitulée " Le polar n'est pas suédois ".
Car " le Grand Nord n'a pas le monopole des crimes à vous glacer le sang ", Points propose de quitter la Suède le temps d'un polar, direction la Chine, l'Argentine, les Rocheuses... et le Pays Dogon avec L'empreinte du renard de Moussa Konaté, 3ème volet des enquêtes du commissaire Habib.

Une enquête pas comme les autres qui emmène le commissaire et son acolyte Sosso au coeur du Pays Dogon dans le village de Pigui, qui a connu une série de morts étranges.

Ils sont vite désarconnés par un monde à part, un monde immuable qui a une explication à tout. Les rapports sont codifiés, imagés et c'est dans la capacité du commissaire Habib à appréhender ces différences, à jouer un jeu subtil de cache-cache avec ses interlocuteurs que réside tout le charme de L'empreinte du renard de Moussa Konaté.

Les pièges sont nombreux et dangereux : comment ne pas succomber à la magie, à la sorcellerie pour expliquer des situations iréelles ? Tel est le défi passionnant lancé à nos deux enquéteurs.

Les réflexions philosophiques de l'ouvrage n'altèrent en rien la dynamique du polar, suspens et rebondissements sont bel et bien au rendez-vous.

Un polar vraiment pas comme les autres comme en témoigne également le dénouement que nous vous laissons le plaisir de découvrir !

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

Zoom

Moussa Konaté, ambassadeur de la littérature malienne

Touche-à-tout littéraire, Moussa Konaté n'a délaissé aucun genre, sa bibliographie est riche de romans, nouvelles, essais, contes, pièces de théâtres, livres pour la jeunesse.

Moussa Konaté s'est toujours battu pour promouvoir la littérature au sein de son pays : il a ainsi créé Les Editions du Figuier qui œuvrent à la diffusion du savoir au sein du monde rural à travers des publications en langues nationales du Mali.

Il est aussi le responsable de la version malienne du festival littéraire Étonnants Voyageurs.

Maxime Bonin

Article précédent
Transwonderland, retour au Nigéria de Noo Saro-Wiwa
Article suivant
Michael K, sa vie, son temps de J.M. Coetzee
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !