Pédro-Kouyaté

Albums / Mali

Pédro Kouyaté, bluesman du Mali

Un jour, du blues mandingue dans le métro parisien...

Partager cet article

Un dimanche ensoleillé à Paris, métro Jourdain. Le long de l'interminable escalator, j'entends comme un air de musique mandingue.

Je découvre alors un guitariste tout sourire, dodelinant de la tête, pris dans les accords de sa guitare électrique. Je m'arrête un instant, et ne veux pas partir sans lui dire que c'est très beau... il se présente alors : Pédro Kouyaté, musicien malien. La rencontre est courte et impromptue, mais Pédro ne me laisse pas partir sans son disque qu'il m'offre... Déjà un beau souvenir.

Le titre du disque : Two You (sorti en 2011). Two, parce que c'est le deuxième. You, parce que c'est pour nous bien sûr. Mais à bien tendre l'oreille, ce titre reflète aussi le double visage de la musique de Pédro, oscillant entre les harmonies traditionnelles de la musique mandingue, et une pointe de blues qui fait toute son originalité.

Il faut écouter Love Song, ou Cöno (« oiseau » en Bambara) et leurs accents de blues mandingue.


Love Song - Pédro Kouyaté


Il faut dire que le musicien est allé à bonne école auprès de Toumani Diabaté et son « Symétric Orchestra », de Boubacar Traoré (celui qu'on appellait l'Elvis du Mali des années 1960) qu'il a accompagné à la calebasse. Il a ensuite formé son propre groupe Pédro Kouyaté & Band marriant toujours des tonalités d'horizons divers. Et même dans l'aventure du solo, il s'entoure de musiciens jazz pour continuer à réinventer sa musique traditionnelle.

Derrière ce mélange, la voix de Pédro, entre le chanté et le parlé, douce, basse, discrète, et qui apaise les accents les plus acérés, cassants et parfois abrupts de sa guitare. Il nous conte des balades, les mémoires du Tirailleur, la Gare de Lyon... 

C'était là une belle rencontre avec les mélodies de Pédro Kouyaté... et j'attends déjà la prochaine... qui arrivera bientôt.


Badijdala - Pédro Kouyaté

Zoom

Tramontane, nouvel album solo de Pédro Kouyaté

Tramontane, « le  vent du sud balayant toutes nos certitudes », sortira en novembre 2014 grâce notamment à une collecte réussie sur KissKissBankBank, le site européen de financement participatif (http://www.kisskissbankbank.com/enregistrement-d-un-album-solo-Pédro-kouyate).

On y découvrira Pédro qui aura troqué sa guitare pour le n'goni, instrument traditionnel des chasseurs maliens.

Et on pourra l'écouter sur les planches du Café de la Danse le 8 novembre. Plus d'infos sur son site : www.pedrokouyate.com

Anaïs Angelo

Article précédent
Lëk Sèn, rastaman pur et dur
Article suivant
Yoro Ndiaye et Faada Freddy, deux ambassadeurs de charme du pays de la Téranga
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir