Imidiwan : Companions de Tinariwen

Partager cet article

 

Companions_de_TinariwenAlbums / Mali
4_etoiles
Imidiwan : Companions
de Tinariwen
Independiente / Emma
Un 3ème album séduisant du groupe touareg Tinariwen entre tradition et modernité.

 

Ce qu'il y a de bien avec le progrès technique, c'est qu'avec les amplificateurs portatifs munis de batteries on peut aujourd'hui jouer de la guitare électrique absolument partout, dans les couloirs du métro parisien jusque dans les déserts les plus lointains.

C'est justement ce qui se passe chez les touaregs qui, en adoptant guitares et amplis, ont mâtiné leurs musiques traditionnelles de sonorités plus contemporaines pour un résultat vraiment séduisant.

Cette démarche n’est pas que folklorique, ni le produit dérivé de la mondialisation. Elle naît dans des conditions économiques et sociales bien particulières.

Tout débute en 1963 au Mali, lors de la répression de la rébellion touareg qui chassa des populations vers l'Algérie. Cet exode s'accentua dix ans plus tard avec les sécheresses successives qui ont entraînées les famines de 1973-74 et  de 1984-1985.

Ce qui les attendait était une forme de sédentarisation avec son cortège de petits boulots et de chômage. De touaregs, ils étaient devenus ishoumar (un ashamour, des ishoumar… des chômeurs quoi !).

Exil et chômage, un cocktail qui produisit bien souvent dans l'histoire malheurs et révoltes mais aussi des courants artistiques originaux affirmant identité et revendiquant les droits naturels qu'ont les peuples à exister dans des conditions décentes.

Tinariwen est né de ce cocktail de misères. En provenance de Tamanrasset, ils sont l'émanation de cette diaspora touareg des années soixante-dix.

Tinariwen signifie « les déserts ». C'est le nom donné par le million cinq cent mille touaregs aux territoires  traditionnels répartis aujourd’hui sur cinq états (Lybie, Algérie, Niger, Mali, Burkina Faso) et qu’ils parcourent depuis plusieurs siècles. Plus que touareg, ils préfèrent d'ailleurs se désigner autrement, notamment par Imuhagh qui signifie noble et libre.

Si le problème Touareg, de son mode de vie nomade dans un monde aux frontières figées, est loin d'être résolu pour des raisons politiques évidentes, il n'en reste pas moins que les revendications existent et qu'une identité originale est mise en avant.

Tinariwen s’en fait écho et plonge pour cela dans sa tradition tout en utilisant des sons et des instruments empruntés au blues qui, d’ailleurs, est aussi une musique identitaire d'exil et de souffrance.

Imidiwan : Companions est leur troisième disque, l'âge d'une maturité musicale.

L'ensemble est équilibré entre morceaux rapides et plus lents et s'écoute facilement. Les guitares se superposent et créent une nappe sonore accompagnée de percussions traditionnelles et mettent en valeur les voix du chanteur et des chœurs. Les sons des guitares sont bien travaillés, les riffs accrocheurs introduisent et relancent les morceaux.

Ce disque est un vrai bon moment de musique. Son écoute continue produit une ambiance qui est curieusement à la fois très originale et familière.

Difficile de faire un choix parmi les titres. L'album est riche de tonalités et de couleurs différentes. Vous pourriez avoir peut-être un faible pour Assuf Ag Assuf pour son ambiance et la subtilité des voix ou pour Lulla – que vous pouvez découvrir avec la vidéo ci-dessous - pour des raisons identiques.

Mais si la qualité est vraiment homogène, ce n’est pas un disque linéaire car les bonnes surprises musicales ne manquent pas tout au long des morceaux. Peut-être pourrait-on imaginer des « pleins et des déliés » plus marqués, plus d’amplitude et de variations ? Ce serait sans tenir compte du dernier morceau : un étrange et aérien Ere Tasfata Adounia / Desert Wind qui est ici plus qu’un symbole.

Au final, nous avons un mélange de techniques abouties et d’inspirations originales soutenues par une cause vitale à défendre. Imidiwan : Companions est une pépite à conserver dans un monde de productions musicales trop souvent standardisé.

{youtubejw alt=""}WcqlOq1cjjc" frameborder="0" allowfullscreen>

zoom

Les prochains concerts de Tinariwen en France

26/06/2011 : Le 104 - Paris

28/06/2011 : Théâtre des Bouffes du Nord - Paris

23/07/2011 : Valence festival - Valence

24/07/2011 : Festival de Thau - Meze

21/09/2011 : Le 104 - Paris

05/10/2011 : File 7 - Magny le Hongre

07/10/2011 : La Halle aux Grains - Blois

08/10/2011 : Site de Terres Neuves - Bègles

09/10/2011 :  6 par 4 - Laval

11/10/2011 : Salle du Kao - Lyon

12/10/2011 : Le Théâtre Scène Nationale - Poitiers

13/10/2011 : La Maison de la Musique - Nanterre

Rédigé par 2Biville
en-vente-a-la-boutique-africavivre

Article précédent
From Africa With Fury : Rise de Seun Kuti
Article suivant
Gagner l'argent français de Mamani Keïta
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !