Affiche-Madagascar-Arts-de-la-Grande-Ile.jpg

Expos / Madagascar

Expo MADAGASCAR, l'ébouriffante créativité des ARTS DE LA GRANDE ILE

Inaugurée le 18 septembre 2018, l’exposition « Madagascar - Arts de la Grande Île » au quai Branly durera jusqu’au 1er janvier 2019.

Partager cet article

L’exposition proposée en ce moment au musée du quai Branly par Aurélien Gaborit, responsable des collections Afrique, met en valeur la folle richesse culturelle de Madagascar depuis plusieurs siècles jusqu’à aujourd’hui.

La production artistique de l’île s’avère particulièrement diversifiée puisqu’elle se nourrit d’influences variées venues d’Orient, d’Austronésie comme de l’est du continent africain. « Une île est toujours veuve d’un continent » disait Aimé Césaire.

On peut à juste titre apprécier les superbes photographies de Pierrot Men ou le plâtre d’Anna Quinquaud, « Maternité d’Antaïseka ».

Pierrot-Men

Vatomandry, 2013. Pêche dans l’océan indien – © Pierrot Men

Maternite-d-Antaiseka-Anna-Quinquaud

Plâtre d’Anna Quinquaud, « Maternité d’Antaïseka »

La créativité des artistes malgaches se déploie cependant aussi dans les domaines de la vie quotidienne, élargissant ainsi le champ du culturel. L’exposition a la bonne idée de montrer des objets très différents : des ustensiles de cuisine, des vêtements, des coiffes, des chapeaux, des pendentifs, des ornements de chevelure et d’oreille, des vases…

Les artistes de Madagascar surprennent par leur faculté à intégrer dans leur création des éléments très divers et un grand travail sur l’environnement. Le monde végétal est de fait représenté par des racines, des graines, des tronçons de bois, de l’écorce, du bambou ; le monde minéral trouve sa place via la terre, le quartz, les pierres ; le monde animal quant à lui par le biais de corne, peau, poils, griffes, dents, coquillages, miel et graisse.

On note également la présence de textiles lamba, constitués de coton, de fibres végétales issues de palmiers et de bananiers ainsi que de plusieurs espèces de soie dont la soie d’araignée.

L’exposition donne surtout à voir avec clarté à quel point le mode de vie, les choix d’habitation et la création malgaches sont orientés autour du sacré et de la mort, prédominants. A ce sujet on retient notamment les étonnants poteaux funéraires de Jean-Jacques Efiaimbelo.

Poteaux-funeraires-de-Jean-Jacques-Efiaimbelo

Poteaux funéraires de Jean-Jacques Efiaimbelo

Zoom

Informations pratiques

Le musée du quai Branly se situe au 37 quai Branly dans le 7ème arrondissement de Paris.

On peut y accéder via les stations de métro Alma-Marceau ou Iéna sur la ligne 9, Ecole Militaire sur la ligne 8, Bir Hakeim sur la ligne 6 ; en bus par les numéros 42, 63, 80, 92, 69, 72, 82 ou avec le RER C en s’arrêtant à Champ de Mars – Tour Eiffel.

Une station vélib’ et autolib’ se trouvent à proximité, un parking est également à la disposition des visiteurs.

Le musée est ouvert mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h ; jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h. Le tarif plein est de 10 euros, le tarif réduit de 7.

Bonne visite !

Matthias Turcaud

Article précédent
LASSY KING MASSASSY : Ode à une Afrique « dynamique, inventive, fertile »
Article suivant
LAETITIA KY : à tout crins un bel écrin
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir