La-vraie-couleur-vanille-Sophie-Cherer

Romans africains, romans sur l'Afrique / La Réunion

Le Réunionnais Edmond Albius enfin réhabilité !

L'école des loisirs Edmond Albius a découvert le procédé pratique de pollinisation de la vanille alors qu'il n'avait que 12 ans et était alors esclave.

Partager cet article

Île Bourbon, XIXème siècle, une poignée d’années avant l’abolition de l’esclavage. Ferréol Bellier Beaumont, botaniste solitaire achète un bébé né esclave.

Cet enfant, Edmond, va grandir au milieu des plantes et à l’abri de la violence de sa condition. Il va trouver le processus de pollinisation de la fleur de vanille, mais on ne lui en reconnaîtra pas la paternité. Cette découverte va enrichir l’île devenue La Réunion.

Ferréol Bellier Beaumont est un homme complexe. Moderne, érudit. Velléitaire, frustré. Il a besoin d’un projet, d’accomplir une belle chose qui prouverait au monde qu’il est un humaniste. Pour ça, il y a son jardin, ses plantes, ce processus de fécondation de la fleur de vanille qui résiste encore à tous les grands botanistes de l’époque et il y a ce bébé noir qui ne demande qu’à grandir. Ferréol est un abolitionniste honteux qui oeuvre dans l’ombre.

D’abord il donne un vrai prénom au bébé alors qu’à l’époque, on baptisait les esclaves comme on baptise les animaux. Ensuite il donne une éducation à Edmond, le laisse expérimenter, toucher, explorer son monde, développer ses sens. Edmond vit en sécurité, il est aimé et choyé. Ferréol lui apprend l’étymologie et la botanique mais refuse de lui apprendre à lire et à écrire. Il a acheté cet enfant, il ne l’a pas adopté. Veut-il l’éduquer ou en faire sa chose ?

La-vraie-couleur-vanille

Une affiche pleine d’espoir réalisée par les élèves de La Roche sur Foron dans le cadre du prix littéraire des collégiens de haute-Savoie.

Edmond est un enfant intelligent. Si on ne lui donne pas les outils dont il a besoin pour s’émanciper, il les fabrique. Privé de lecture et d’écriture, il va développer une prodigieuse mémoire et un riche imaginaire. Edmond a également grandi dans les bras des nenènes (nounou en créole réunionnais) qui l’ont bercé en lui racontant en créole les histoires de Furcy et d’Anchaing le Marron.

Il n’est pas ignorant des conditions de vie de ses semblables. Avec la disparition progressive de l’enfance vient la violence. C’est en colère et épris d’un profond sentiment d’injustice qu’Edmond trouvera le moyen de féconder une fleur de vanille.

Dès lors, Edmond est isolé. Jaloux et dépassé, Ferréol s’étiole jusqu’à devenir une silhouette molle et terne, un vieux garçon empoussiéré dans ses livres et ses frustrations. JMC Richard, botaniste de renom, mégalo, esclavagiste et envieux, s’approprie la découverte.

Qui pourrait croire qu’Edmond, un enfant noir a accompli ce qu’aucun blanc éduqué n’a jamais réussi. C’est une provocation insupportable au creux de ces années qui annoncent une inéluctable abolition de l’esclavage. La fécondation de la vanille va faire la fortune des riches blancs de l’île. Edmond quant à lui, vivra pauvrement toute sa vie.

La vraie couleur de la vanille est un livre multiple. Un livre sur le droit de l’enfant à être entendu et considéré. Un livre sur le désir de posséder et d’être reconnu. Un livre d’histoire, celle de la Réunion, de la botanique, de la traite des esclaves, des procédés de résistance et d’émancipation de ces derniers. Un livre de mémoire qui réhabilite Edmond Albius à travers la fiction puisque très peu d’archives existent ou parlent de lui.

Un livre qui s’émerveille des langues : le latin, le grec, le créole, le français et de l’infini mystère des mots : Le botaniste inventorie, le jardinier invente… Un livre sur la couleur : la fleur de la vanille est blanche, son fruit est noir. C’est un homme noir qui découvre le fruit, c’est un homme blanc qui vole sa découverte.

On choisira de donner à Edmond le nom Albius qui veut dire blanc en latin.

Zoom

Sophie Chérer rend justice à sa manière

A travers des hommages romancés, Sophie Chérer rend justice.

À des célébrités comme Jean Giono (L’Enjoliveur), ou Françoise Dolto (Ma Dolto), mais surtout à des héros de l’ombre tels que l'intraitable baronne Cordopatri dans L'huile d'olive ne meurt jamais, le jeune esclave, Edmond Albius dans La vraie couleur de la vanille, ou le dauphin Louis XVII dans La seule amie du roi.

 

Le blog Yekrik Yekrak

Article précédent
" Les Secrets de Zubulu " de Brigitte Decour, au coeur de l'Afrique, de sa sagesse, de ses mystères
Article suivant
YASUKE, la destinée hors-norme du premier samouraï africain
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir