FREEDOM-FIELDS

Documentaires / Libye

FREEDOM FIELDS, le chant d'espoir de trois footballeuses libyennes

Avec Naziha Arebi, voir la Libye différemment.

Partager cet article

Au rang des nombreuses créations visuelles de l'anglo-libyenne Naziha Arebi, il faut à présent aussi relever un poignant et nécessaire film documentaire sur trois jeunes footballeuses libyennes éprises de liberté.

Née d'une mère anglaise et d'un père libyen, Naziha Arebi a suivi des études cinéma et de télévision, avant de s'installer en Libye, pour se faire, notamment, sa propre idée de ce territoire si méconnu. 

Le pays de son père a pour elle une source d'inspiration fertile, puisque ses multiples créations visuelles ne cessent de le prendre pour motif. Naziha Arebi a ainsi consacré diverses photographies à capter des rassemblements politiques, des scènes d'intérieur ou d'extérieur, ou bien encore à faire le portrait de divers types de métiers. 

La place de la femme dans la société libyenne se retrouve également au cœur de son travail ; ainsi qu'on peut le voir sur les nombreuses photos qui la montrent en tant que mariée traditionnelle, manifestante ou alors justement footballeuse - un acte de révolte en soi ! 

Ses installations ont pu être vues à Tripoli, Barcelone, Paris ou Londres - l'une d'elles a fait partie de l'exposition "Lumières d'Afrique" (dont nous avions parlé sur nos pages :  https://www.africavivre.com/ethiopie/a-voir/expos/exposition-lumieres-d-afrique-a-addis-abeba.html) ; tandis que ses courts-métrages et documentaires ont largement été plébiscités, et diffusés sur BBC Media Action, Al Jazeera, UN Women... 

Freedom-Fields-documentaire

Freedom Fields, projeté dans plusieurs festivals - dont Toronto, Lodz, Quérétaro, bientôt Lausanne - a été tourné sur cinq années, et suit le parcours de trois jeunes femmes libyennes qui aspirent à devenir footballeuses professionnels ; tous les écueils qu'elles vont rencontrer, mais aussi et toujours, l'espoir têtu de pouvoir un jour donner vie à leurs rêves.

Ce documentaire immersif vise à aller à rebours des clichés si fréquemment véhiculés sur la Libye ; et à raconter une histoire forte, vibrante, marquante, à hauteur de femmes et d'hommes ; un coup de poing, qui peut rappeler le "Hors-jeu" de Jafar Panahi, dans un contexte iranien. 

Au lendemain du printemps arabe, ces combattantes rejetées disent beaucoup des conquêtes inassouvies, et de tout le chemin restant à parcourir... 

Bien au-delà du foot, Freedom Fields parle donc, par extension, de l'âpre lutte pour la liberté, menée en Libye par ces figures si inspirantes, et inspirées, décidées.

 

Freedom Fields n'a pas encore bénéficié d'une sortie dans les salles de cinéma hexagonales - à part des projections ponctuelles comme à l'Institut du monde arabe au mois de mai dernier - et on ose espérer que ça sera pour bientôt ! En Ecosse, il est sorti le 8 mars 2019. 

Beaucoup de retours positifs ont pu se faire remarquer de la part des festivaliers, sans compter une presse - notamment anglophone - dithyrambique. 

dans la zone Mihigo de la commune Buhiga 
Zoom

Le collectif HuNa, au service du cinéma libyen

Co-fondé en 2012 par Huda Abuzeid et Naziha Arebi, HuNa Productions vise à soutenir les réalisateurs libyens, et à faire des films en Libye un vrai vecteur de changement et de développement.

Il s'agit de corriger aussi l'image du pays à l'international, et de promouvoir - avant tout - l'échange et la pacification générale.

HuNa a conçu des plaidoyers et des vidéos éducatifs, et encourage de nombreux cinéastes libyens.

Le fait que cette société de production soit dirigée par deux femmes sonne déjà comme une promesse grisante et galvanisante pour avoir, peu à peu, un impact sur les mentalités.

Matthias Turcaud

Article précédent
HERGLA RESPIRE L'ART, un festival ambitieux et inattendu
Article suivant
SOFIA, glaçante radiographie de la société marocaine par Meryem Benm'Barek
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir