Juste-A-Band

Albums / Kenya

Daft Punk kenyans ? Non, Just A Band... innovateur et inclassable

Voici le troisième album de ce groupe hors-norme qui s'est imposé en pionnier d'une afro-pop éclectique sur la scène musicale kenyanne.

Partager cet article
Ils font eux-mêmes les présentations sur leur site (http://music.just-a-band.com/album/sorry-for-the-delay) :

"We are Just A Band, and this is our third studio album. It's called " Sorry For The Delay ", and it is a collection of songs about life and death, light and darkness, fun, laughter and friendship (good and bad). We hope you will enjoy it. "

C'est sûr, Sorry for the delay est un album plein de contrastes. Un album aux paroles crûment poétiques : " I want to thank you for the pain " (Je veux te remercier pour la souffrance, Thank You); un Probably For Lovers, pour les amoureux qui se séparent, et qui, ailleurs peut-être, tomberont de nouveau amoureux; après tout, " Never know for certain... until we try " (Till We Try); et quand il y a un peu de douceur, elle est sans parole et toute électro sur S.W.E.E.T.

Just A Band - Probably for lovers


Light and darkness : comme sur la vidéo du très remarqué Matatizo ("trouble" ou "confusion" en swahili). Une voix douce, presque à bout de souffle, qui s’effile et se démultiplie, une guitare électrique stridente, une batterie aussi enivrante que terrifiante : tout est dans la mesure pour ce titre dédicacé aux victimes de la dictature des années 1990, et qui ouvre les portes du débat sur la torture telle qu'elle était pratiquée dans les bas-fonds du Nyayo House. Une vidéo politique qui n'aurait jamais vu le jour il y a de ça vingt-ans.

Just A Band - Matatizo


Just A Band
marie les genres. Fidèles à leurs origines underground et expérimentales, l'électro, le disco, le jazz ou le hip-hop font leurs arpèges en choeur. Un album aussi groovy que funky, avec, cerise sur le gâteau un jeu de voix qui s'entrelacent pour créer et emmêler des atmosphères à la limite du réel, enivrées.

Just A Band - Iwinyo Piny

Zoom

Quand Just A Band sautait dans l'inconnu, en 2003, avec Iwinyo Piya

Ils sont plein d'imagination, s'inventent des vies aussi fantastiques que leurs vidéos.

Rencontre sur terre, à l'Université Kenyatta, Nairobi. Dan, étudiant les beaux arts; Bill, scientifique à la guitare; Jim se prenant d'amour pour la caméra. Pour leur premier titre, aucun grand média ne voulait d'eux; ils n'ont pas attendu le déluge et se sont tournés vers l'internet. C'est là qu'ils se firent connaître avec leur premier titre Iwinyo Piya et une vidéo qui dépeint le groupe sous les traits du dessin animé.

Puis il y eut les nominations: aux Kora Music Awards, Best African Video Clip et Best Urban Fusion Group aux Kisima Awards. Just A Band était lancé, sur leur propre voie, des textes aux finitions marketing.

Et pour le plaisir, il faut aller jeter un coup d'oeil sur la photographie de Jim qui, même s'il a quitté le navire Just A Band depuis, reste très actif sur la scène artistique kenyanne, avec son blog, http://www.jimchuchu.com/ et sa plateforme artistique d'avant-garde : http://www.becauseartislife.org/

De notre correspondante au Kenya Anaïs Angelo

Article précédent
Le Bal de l’Afrique enchantée, festif et revigorant
Article suivant
Ibibio sound machine, découverte d'une musique afro-électro originale et pétillante
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir