Cirque-mandingue

Théâtre / Guinée

Le Cirque mandingue enflamme les planches du Cabaret Sauvage

A l’occasion du vingtième anniversaire du Cabaret Sauvage, le Cirque mandingue présente son nouveau spectacle « Afro circus, Itinéraire d’un continent » jusqu’au 29 octobre à la Villette, à Paris.

Partager cet article

Au rythme des percussions mandingues et du groove enfiévré du grand Cheick Tidiane Seck, « Afro circus, Itinéraire d’un continent », le nouveau spectacle du Cirque mandingue, enflamme les planches du Cabaret sauvage en ce moment à La Villette. 

Danse traditionnelle, pyramides, mât chinois, main à main ou encore contorsion, la troupe venant tout droit de Guinée mêle l’acrobatie à la danse.

Pendant près d’une heure et demi, les neuf circassiens dansent, chantent, se portent, se contorsionnent et se suspendent dans un rythme effréné. Les numéros individuels et les tableaux d’ensemble s’enchaînent avec une énergie folle sous les applaudissements des spectateurs.

cirque-mandingue-villette

Tour à tour les acrobates danseurs se présentent et dévoilent leur propre spécialité : « Bouba » le talentueux contorsionniste de 19 ans, Fatou Sylla, la chanteuse et périlleuse ou encore « l’homme baobab », pilier de la troupe et des pyramides. Fil rouge du spectacle, le maître de cérémonie, « un blanc aux idées noires », incarné par David Chazam, officie tout en humour et autodérision.

Rythme mandingue, mbalax, disco, blues, jazz, les danseurs évoluent avec agilité parmi les genres musicaux, guidés par le clavier et la voix du maître malien Cheick Tidiane Seck et des percussions (djembé, balafon, kora, congas...) du burkinabè Adama Bilorou.

« Afro circus » raconte cette Afrique pétillante, à la fièvre créatrice et à la joie communicative, se jouant des clichés et des fantasmes. Les personnages, drôles et poétiques, nous conte l’histoire d’un peuple libre, inventif et toujours en mouvement.

Le temps d’une soirée, sous le chapiteau tout de velours rouge du Cabaret sauvage, c’est aussi un peu du sable des plages de Conakry, où la troupe a l’habitude de s’entraîner, que le Cirque mandingue réussit à nous ramener.

À voir jusqu'au 29 octobre. Tous les soirs à 20h au Cabaret Sauvage, Parc de La Villette.
« Afro Cirkus, Itinéraire d’un continent » de Meziane Azaïche par le Cirque Mandingue. Avec Yamoussa Camara (direction chorégraphique), Check Tidiane Seck et Adama Bilorou (direction musicale) - Fatou Sylla, Aboubacar Bangoura, Philip Diallo, Abdoulaye Sylla, Mamadouba Koita, Mohamed Lamine Camara, Mohamed Diare, Aboubacar Camara, David Chazam.
Spectacle suivi d’un bal mandingue.

Zoom

Yamoussa Camara, fondateur du Cirque mandingue

Des plages de Conakry en Guinée aux planches de Paris, itinéraire d’un acrobate autodidacte.

Aujourd'hui âgé de 39 ans, Yamoussa Camara, a fondé en 2009 le cirque-école mandingue pour « sortir les gamins de la rue ».

Lui-même orphelin de père, il a percé dans le monde du cirque après avoir été repéré par le Circus Baobab, premier cirque acrobatique aérien africain.

« Sans le Circus Baobab, j'aurais peut-être sombré dans l'alcool ou la drogue », confiera même Junior, devenu formateur de la troupe de Cirque mandingue.

Depuis, l’ancien gamin des rues donne à son tour des cours d’acrobaties aux enfants déshérités et orphelins. C’est ici, sur les plages de Conakry où les jeunes s’entraînent, qu’est né le Cirque mandingue.

Sophie Douce

Article précédent
Réouverture du Musée des Arts d’Asie et d’Afrique de Vichy
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir