L’enfant Noir de Laurent Chevallier

Films / Guinée

L’enfant Noir de Laurent Chevallier

Les films du paradoxe Inspiré du roman homonyme de Camara Laye, le film raconte le parcours initiatique de Baba, partant de Kouroussa, son village natal, pour étudier à Conakry.

Partager cet article
Madou est mécanicien. Il souhaite pour son fils un destin différent. Il fera des études et rendra fier sa famille comme son grand-père Camara Laye, le fameux écrivain de L’enfant noir.

Sa mère Kouda refuse. Les fétiches sont consultés. Ce voyage aura lieu sous de bons auspices, le féticheur l’assure. Baba part donc sur les traces de son grand-père à la découverte de la grande ville et de sa propre destinée.

C’est avec des yeux ébahis qu’il découvre sa nouvelle destination : la métropole. L’oncle qui l’accueille, le reçoit comme son propre fils. Ce dernier se marie une seconde fois causant des perturbations au sein de son premier ménage. Sa seconde épouse est gendarme et joue dans l’orchestre des « Sirènes de Guinée ». Le temps passe et ne semble pas retirer la douceur et la bonhomie du visage de Baba. L’année s’achève, le garçon a bien grandi et il est déjà temps de retourner au village pour les vacances.

L-enfant-Noir-de-Laurent-Chevallier


Dans L’enfant Noir de Laurent Chevallier s’entremêlent deux formes cinématographiques bien distinctes.

Il y a d’abord le contexte réel filmé tel quel, à la manière d’un documentaire. Aucun des personnages n’est acteur. Baba est bel et bien le petit fils de Camara Laye. Comme son grand-père en son temps, il part étudier à la métropole. Son père et sa mère sont également ses propres parents. Lorsqu’il découvre pour la première fois la ville et la mer, sa surprise est réelle.

Puis, la fiction intervient avec la voix de Baba en narrateur. Elle est également dans ces petits détails qui rendent le récit plus attrayant : Baba a une amoureuse. Elle s’appelle Marie Fofana. Il se fait voler par ses camarades de classe. Il tombe malade et est hospitalisé. Chez le médecin, ce dernier lui parle du rite de la circoncision. Il lui conte en gestuelles et paroles enthousiastes ce que l’on nomme le “Kondén Diara“. Puis le spectateur est transporté dans une forêt : nous assistons à la cérémonie en images.

Laurent Chevallier alterne ainsi avec brio d’une forme à l’autre et nous transporte entre émotions sincères et trame rondement ficelée.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 


C’est avec des yeux ébahis que l'enfant Noir découvre sa nouvelle destination : la métropole.

Zoom

Laurent Chevallier, un regard bienveillant et une observation attentive.

2002, le film L’enfant noir est choisi pour faire partie d’une opération « Collège et cinéma ».

Baba Camara est invité à rencontrer en France les élèves de cette classe. Ces instants sont filmés et font l’objet du documentaire Voyage au pays des peaux blanches.

Par la suite, Laurent Chevallier réalise d’autres documentaires, l’Expérience africaine et La pépinière du désert, utilisant le même procédé cinématographique : Une observation attentive du charisme de ses personnages centraux.

Mais que nous-dit ces films sur leur objet filmé ? Que révèlent-ils de la réalité ? L’admiration et la bienveillance du réalisateur pour ces personnages, certainement. Mais cette observation bienveillante mériterait de se transformer en un point de vue plus affirmé. Une vision de la réalité moins naïve, plus personnelle et ainsi plus juste.

Eva Dréano

Article précédent
Une femme parmi les femmes de David et Judith MacDougall
Article suivant
Muna Moto – L’enfant de l’autre de Jean-Pierre Dikongué-Pipa
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir