Il va pleuvoir sur Conakry de Cheick Fantamady Camara

Partager cet article

 

Il_va_pleuvoir_sur_Conakry_de_Cheick_Fantamady_CamaraFilms / Guinée
4_etoiles
Il va pleuvoir sur Conakry
de Cheick Fantamady Camara
Produit par Annabel Thomas
Un jeune couple africain perdu au carrefour de la tradition et de la modernité.

 

Bibi est caricaturiste pour un quotidien à Conakry, la capitale guinéenne. Il cache son métier et son amour pour Kesso, une jeune informaticienne car son père lui destine un tout autre avenir : prendre sa suite en devenant imam.

Ce film est une critique féroce du poids des traditions dans les sociétés africaines qui obligent les jeunes à se révolter pour se libérer. C’est aussi une charge contre la collusion entre le pouvoir politique et religieux.
 
C’est un film à voir en famille, plein d'espoir sur l'avenir de la jeunesse africaine. 
 
Il va pleuvoir sur Conakry a reçu de nombreux prix dont le dernier en date le prix du public du 12ème festival Cinémas d’Afrique d’Angers qui s’est tenu du 5 au 10 mai 2009.

Mention spéciale concernant la BO du film très réussie avec la chanteuse malienne Fatoumata Diawara (qui a tenu le premier rôle dans L’Opéra du Sahel) accompagnée de quatre rappeuses guinéennes.

 

 

en-vente-a-la-boutique-africavivre 

zoom

De la difficulté de devenir réalisateur en Afrique

Il va pleuvoir sur Conakry est le premier long métrage de Cheick Fantamady.

Sa vocation pour le cinéma a démarré très tôt puisqu’à l’âge de 20 ans il quitte la Guinée pour le Burkina Faso dans l’intention de faire l’Inafec, la seule école de cinéma d’Afrique noire.

N’ayant pu réaliser ces études par manque d’argent, il apprend le métier sur les plateaux de tournage pendant 16 ans. En 1997-1998, il a la chance d’effectuer des stages d’écriture de scénario et d’initiation au 35 mm à l’Institut national des arts puis à Louis-Lumière à Paris.

Il réalise ensuite deux court-métrages avant de tourner Il va pleuvoir sur Conakry en 2005 qui sera diffusé pour la première fois en 2007 à Paris.

​ 

Article précédent
Little Senegal de Rachid Bouchareb
Article suivant
Faro, la reine des eaux de Salif Traoré
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !