Thinkhinyi des Espoirs de Coronthie

Partager cet article

 

Thinkhinyi_des_Espoirs_de_CoronthieAlbums / Guinée
4_etoiles
Thinkhinyi

des Espoirs de Coronthie
L'Autre Distribution
Une couleur musicale unique, un groupe attachant, de quoi vous surprendre !

 

Sorti en 2009, le dernier album Thinkhinyi du groupe Les Espoirs de Coronthie a reçu un Djembé d’or (l’équivalent d’une Victoire de la Musique) dès sa parution en Guinée.

Cet opus leur a également ouvert les portes des grands festivals européens.

Si vous ne connaissez pas encore la musique guinéenne, rien de tel que ce groupe formé de huit jeunes musiciens pour entrer en matière. Bien ancrés dans les racines de la musique traditionnelle de leur pays, Les Espoirs de Coronthie vous feront découvrir les bases de cette musique de griots que l’on appelle aussi musique mandingue.

Leurs instruments sont en effet ceux d’un orchestre classique guinéen, rassemblant les percussions gongoma, bata et calebasse, le balafon, les cordes sacrées de la kora et celles d’une guitare électrique.

Mais attention, ne vous méprenez-pas, ces gars-là viennent de Coronthie, un quartier populaire de Conakry, et leur parcours a fait d’eux d’innovants transgresseurs.

Résultat : leurs compositions, qui apportent groove et énergie au répertoire ancien, ont rapidement conquis leur public en Guinée, et aujourd’hui en France.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

 

zoom

Les Espoirs de Coronthie, un idéal de vie

Les Espoirs de Coronthie, c’est tout d’abord un nom prometteur qui en dit long sur la trajectoire et les ambitions sociales de ses membres.

Issus de Coronthie, quartier populaire de Conakry, ces derniers ont grandi et étudié ensemble sur les bancs d’école avant de former un groupe de percussionnistes, vers l’âge de 12 ans.  Montés de bric et de broc, leurs instruments leur servent alors à aller et venir dans le quartier en chantant, pour récolter çà et là quelques billets.

Mais très vite, les jeunes amuseurs prennent goût à la musique et de nouveaux musiciens et danseurs s’agrègent à la bande.

Tous vivent alors en communauté dans le quartier de Coronthie et établissent des règles strictes : partage des recettes en deux parties, une pour les membres du groupe, l’autre pour la caisse sociale destinée aux dépenses communes (dépenses quotidiennes, santé, achat de matériel).

Un idéal de vie qui se traduit musicalement par des textes engagés, bientôt repris par coeur par la jeunesse guinéenne. Une raison de plus pour découvrir et apprécier ce groupe emblématique de son pays, la Guinée.

Sowen Sidoret

​ 

Article précédent
Bouger le monde de Staff Benda Bilili
Article suivant
Odyssée de Jey-Liba
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !