Adomaa-Afraba

Albums / Ghana

Afraba de Adomaa, ou l’éclosion d’un papillon sonore

VI Music Après les covers, la chanteuse ghanéenne Adomaa dévoile Afraba, un premier album riche en émotions

Partager cet article

Derrière le papillon trop coloré aux allures de test de Rorschach de ce nouvel album nommé Afraba, se cache la musique sensible et raffinée d’une jeune artiste ghanéenne par son père, et nigériane par sa mère, Adomaa.

Cette chanteuse, dont la détermination du regard contraste délicieusement avec son physique frêle, a explosé à la face du monde africain l’année passée, en publiant sur YouTube des covers et des mashups de hits ghanéens repris à sa sauce.

Sa sauce, parlons-en d’ailleurs ! Élevée dans une famille de mélomane, entre le Nigeria et le Ghana, Adomaa, Joy Onyinyechukwu Adomaa Serwaa Adjeman de son vrai nom (oui oui c’est un peu long !), a parfait son éducation musicale aussi bien au rythme du highlife et de l’afrobeat, musique populaire dans ces pays, qu’au son des crooners et diva du jazz américain, de Sinatra à Mickael Buble, en passant par Ella Fitzgerald.

Afraba-Adomaa


C’est donc tout naturel de retrouver dans sa musique d’aujourd’hui une certaine nonchalance toute ghanéenne, bordées de longues envolées lyriques jazzy.

L’époque des covers sur Youtube est maintenant derrière elle, avec Afraba, son premier album, elle ne chante plus les mots des autres, et dévoile les facettes d’une personnalité artistique plus complexe et profonde qu’un mash-up jazzy de « Adonai » de Sarkodie ; on ne va pas se leurrer, on a tous vu beaucoup d’artistes rencontrer un certain succès avec des reprises un peu décalées, et se ramasser complètement lorsque confronté à la rigueur du monde musical, et des attentes du public, mais Adomaa passe ce cap haut la main !

Sur Afraba, la chanteuse ghanéenne réussit le tour de force de réunir la fraicheur d’une soul enjouée, l’énergie presque adolescente du pop-rock, l’indolence d’un terroir sonore revisité, et aussi le lyrisme d’un jazz un peu plus profond, qui révèle quelques-unes des fêlures de son être ; ses inquiétudes sur son art, et l’acceptation que va en faire le public, mais aussi sa famille (d’ailleurs on entend son père parler sur « Born Again »), la quête de son identité en tant qu’artiste, mais aussi en tant que personne.

Et si l’on doit se prêter à une quelconque interprétation du symbolisme de la pochette, on peut sans douter affirmer qu’on est ici en train d’assister à l’éclosion d’un sublime papillon sonore !

Zoom

La cover marquante de Adomaa

Si Adomaa s’est fait remarquer par quelques reprises de hits ghanéens, c’est probablement ce super mash-up qui lui a fait remporter la tendresse du public.

Sur ce titre sobrement intitulé, « Evolution of GH Music », Adomaa rayonne et laisse sa voix se balader, avec légèreté et élégance sur les chansons qui ont marqué l’histoire musicale du Ghana.

De « All For You » le classique du highlife de E.T Mensah, au récent « Antenna » de Fuse ODG, c’est 50 années de musique que revisite ici Adomaa !

Evolution of GH Music - Adomaa

Rédigé par Aodren Pecnard

Article précédent
Le tsapiky de Damily met tout le monde en transe
Article suivant
St Germain, un nouvel album aux sonorités africaines
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !