Akalé Wubé

Concerts / Ethiopie

Akalé Wubé réinvente le jazz des Hauts Plateaux

Concert une fois par mois au Studio de l’Ermitage à Paris La relève parisienne de la musique éthiopienne.

Partager cet article
On le sait, depuis une vingtaine d’années, l’éthio-groove est autant, si ce n’est plus joué hors des frontières éthiopiennes que dans son pays d’origine.

On connaissait le Debo Band, génial groupe de Boston ou encore le collectif lyonnais Ukandanz. Voici un nouveau venu parmi les réinventeurs du jazz des Hauts Plateaux, alternant entre reprise des classiques, créations originales et collaborations inédites.

A l’origine, les Ethiopiques

A l’image de la Bande Originale de Broken Flowers, des samples de Nas et Damian Marley, la musique d’Akalé Wubé doit tout à la réédition des Ethiopiques par Francis Falceto, collection qui a redonné une dimension internationale à cette musique.

Akale-Wube-en-concert

Le groupe Akalé Wubé est programmé à Paris au Studio de l'Ermitage le 28/02, 29/03, 25/04, 23/05, à la Bellevilloise avec Manu Dibango le 8/02, et à Thouars le 14/02.


Auteurs de trois albums, ce joyeux collectif interprète et réinvente à sa manière les classiques des grands maîtres du genre, parmi lesquels Mulatu Astatke, Mahmoud Ahmed ou Alèmayèhu Eshèté.

Energiques, passionnés, ces 5 musiciens méritent le détour. Vous pourrez les écouter un peu partout en France et à Paris une fois par mois au Studio de l’Ermitage.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 
 
 
 
Akalé Wubé Live in Addis Abeba - nov 2010

Zoom

Paul Bouclier, auteur de compositions originales et joueur de krar

Si Etienne de la Sayette est le leader du groupe, un des membres du groupe attire particulièrement l’attention : Paul Bouclier.

Ce trompettiste et percussionniste est le plus éthiopien du groupe, si l’on peut dire.

Auteur de morceaux originaux d’éthio-groove et joueur de krar, cet instrument typique de la région du Tigré, proche de la harpe, il est le symbole des nouveaux créateurs de l’éthio-groove oeuvrant loin d’Addis-Abeba.

Romain Dostes

Article précédent
Lusaka by night de John Wizards
Article suivant
Carmen Souza, l’héritière cap-verdienne d’Ella Fitzgerald
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !