Eritrea's got Soul des Asmara All Stars

Partager cet article

 

 

Eritrea_s_got_Soul_des_Asmara_all_starsAlbums / Erythrée
5_etoiles
Eritrea's got Soul
Asmara All Stars
Out Here Records
Du jamais vu : l’enregistrement des meilleurs musiciens érythréens !

 

Voisine de l’Éthiopie, pays avec lequel elle est en conflit direct ou latent depuis 60 ans, l’Érythrée est une des dernières dictatures au monde à être totalement verrouillée.

À sa tête, le très autoritaire Afeworki est souvent comparé à son homologue nord-coréen.

La production musicale y est donc logiquement contrôlée par l’État, et les artistes ont le statut de fonctionnaire… Difficile, dans ce cadre, de produire et diffuser librement.

Et pour cause : l’enregistrement orchestré par le français Bruno Blum est le premier du genre. Eritrea's got Soul permet de découvrir une musique tout à fait particulière et donne à ce pays interdit un vrai souffle de liberté !

Huit ethnies représentées, huit musiques différentes

Ce qui surprend à l’écoute de cet album, c’est la grande diversité de styles dans ce petit pays.

Le parti pris du producteur a été de représenter la musique de huit ethnies érythréennes. Ce qui fait le lien entre elles selon Bruno Blum, ce sont « les bizarres gammes pentatoniques à sixte diminuée, typiques de la région. »

C’est précisément ce qui rapproche la musique éthiopienne de la musique érythréenne. Le producteur d’Asmara All Stars justifie à ses yeux les similitudes entre les deux : « En Éthiopie la tradition des fabuleux grands orchestres funky de la période Haïlé Sélassié a disparu, mais pas en Érythrée. C'est pourquoi l'album de l'Asmara All Stars fait souvent penser aux célèbres enregistrements éthiopiens sixties et seventies. »


en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

 

zoom

Faytinga, la chanteuse la plus populaire d’Érythrée,
présente sur le CD

S’inspirant des rythmes kunama et tigrinya, deux ethnies érythréennes, Faytinga mélange avec élégance musique traditionnelle et musique soul.

Accompagnée d’une krar, une sorte d'harpe qui est un symbole national en Érythrée, et dont elle joue elle-même, elle apparaît comme une véritable icône dans son pays.

Fille d’un combattant qui lutta pour l’indépendance, elle a elle-même connu l’expérience de la guerre, et ce dès l’âge de 14 ans.

Dans le magnifique album Eritrea's Got Soul, elle interprète la chanson Amayo, qui illustre à merveille l’intégration de nouvelles tendances (ici, le reggae) dans la musique traditionnelle.

Pour faire la découverte de cette musique envoutante, à la croisée des influences arabes et africaines, nous vous recommandons vivement cet album unique en son genre.

Romain Dostes

​ 

Article précédent
Histoires d’un continent de YaoBobby
Article suivant
Le Bal de l’Afrique enchantée
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir