top-10

La musique africaine, la musique sur l'Afrique / Afrique

Notre TOP 10 Musique de l'année 2014

En ce début 2015, l’équipe d’Africavivre s’attelle à accomplir une de ces fameuses résolutions que l’on prend l’année commençant : réaliser un Top 10 Musique de l’année 2014.

Partager cet article

Nous vous avons concocté une sélection de morceaux, un joyeux mélange de ce qu’on a préféré, ce qui nous a surpris ou parfois même ce dont nous avons oublié de vous parler en 2014. L’erreur étant réparée, voici donc notre Top 10 Musique 2014. 

1 Original – Fally Ipupa

Le vidéo-clip sorti en mai 2014 plafonne « modestement » à 4 524 928 de vues. On aime la chorégraphie collective effectuée par une quantité impressionnante d’anonymes. On aime également la guitare électrique et le rythme très ndombolo, les effets spéciaux très discrets et l’aspect familial de la vidéo.

Et bien sûr on adore la voix et le style de celui qu’on nomme Dicap, La Merveille, El Maravilloso, The Champion of Love, El Rey Mago, 3x Hustler, El Fantastico, Anelka Le Transfert Le Plus Cher. J’ai nommé le grand Fally Ipupa. A visionner sans modération !

 

2 Faada Freddy – Little Black Sandals

On vous l’a dit et répété, en 2014 Faada Freddy nous a épaté avec son projet Gospel Journey. Il est notre révélation 2014.

Ce jeune Dakarois ayant fait ses armes dans le groupe de hip-hop Daara J Family, s’est lancé l’année dernière dans un projet solo mêlant soul, gospel et percussions corporelles. On est plus que fan. On l’écoute en boucle !

 

3 Bibi Tanga – Ala Za I O

Bibi Tanga c’est le gars qui en plus d’être sympa, chante formidablement bien et joue de la basse avec un groove déconcertant. L’an passé, il sortait son cinquième album.

Now est un hommage au rock anglais, au funk et à son pays d’origine la Centrafrique. Ses morceaux font écho à l’actualité sanglante qui a secoué la Centrafrique l’an passé. Il explore dans Now certains rythmes traditionnels centrafricains tel que le Montenguene.

Tourné au sein de Belleville, quartier cosmopolite de Paris, le clip d’Ala Za I O est un petit brin de fraicheur dans un monde de bruit.

 

4 Oy - Halleluja Hair

Oy est une artiste suisso-ghanéenne à l’esprit créatif foisonnant. Avec son deuxième album Kokokyinaka sorti fin 2013, elle se fait repérer par le public français pour ses qualités de conteuse et de chanteuse. Elle alterne avec brio et humour spoken word, hip-hop, chant a cappella et composition de sons électroniques. Elle est brillante et d’une inventivité folle.

Halleluja Hair aborde avec humour et finesse la problématique éternelle de toute femme afropéenne : les cheveux, élément de féminité par excellence. Une bonne coupe est un art. Lui vouer un culte ? Pourquoi pas !

 

5 Davido - Skelewu

Skelewu est le 3eme single du groupe nigérian Davido. Il est, depuis quelques mois, en tête des Charts africains. Pour promouvoir ce single, une brillante entreprise de communication a été réalisée : une vidéo de la chorégraphie accompagnant le clip est mise en ligne durant l’été 2013. De nombreuses personnes sont invitées à réaliser une vidéo d’eux-mêmes effectuant cette même danse. La compétition est lancée. Plus de 100 000 vidéos sont ajoutés sur youtube en très peu de temps. Le vainqueur est un jeune garçon, Bello Moshood Abiola.

En plus d’être une belle success story (Davido remet au « lil bro Kid » Bello Moshood la somme de 3 000 dollars), une campagne de communication réussie, Skelewu est un morceau afropop affreusement entrainant. Il a été remixé par de nombreux artistes dont Major Lazer. Voici venue l’heure de se dandiner à l’écoute de Skelewu.

 

6 Bana C4 - Comment te dire

Bana C4 est un groupe originaire du Congo Kinshasa créé en 2007 et basé à Paris. Composé d’Hiro Le Coq, Dibrazz Kazanova, Sheng Attori, Bombastik et Dck Kwanga, il s’illustre en mélangeant zouk, dancehall, coupé décalé et ndombolo.

Comment te dire, extrait de l’album Arrêt de jeu sorti en 2014, connaît un franc succès en France. On apprécie particulièrement le décor faste et « toc » du clip. Ils sont beaux. Ils sont romantiques. Les enfants de Tabu Ley Rochereau et des Poetic Lover sont de ceux que vous pouvez présenter à papa et maman.

 

7 Sia Tolno / Rebel Leader

Réalisé sous la direction de Tony Allen (batteur et compositeur de Fela Kuti de 1968 à 1979), African Woman, opus hommage à la femme africaine nous révèle toute la puissance d'une voix et d'une personnalité musicale hors norme.

Rebel Leader est un morceau poignant interpellant les chefs de guerre ayant dévasté l’Afrique. On écoute avec attention cette femme de caractère. Et, on s’inspire des paroles sages d’une personnalité qui fera certainement, dans les années à venir, avancer l’Afrique.

 

8 John Wizards - Mwizenberg

« Emmenée par John Wizards, cette formation de 6 jeunes magiciens de la musique marie électro, pop et rythmes africains avec une douceur toute particulière.

Certifiée par le tout-puissant magazine Guardian comme l’un des albums majeurs du moment (et on ne le contredira pas), Lusaka by night est à notre connaissance l’expérience la plus aboutie de son minimaliste 100% africain.»

(In l’article Lusaka by night de John Wizards écrit par Romain Dostes pour Africavivre en janvier 2014).

On se détend à l’écoute de leur single Mwizenberg sorti en janvier 2014. On notera également l’esthétique minimaliste et d’une grande finesse du vidéo-clip.

 

9 Keziah Jones - Afronewave

« Fidèle à la blufunk dont il est le dépositaire, Keziah Jones livre avec Captain Rugged un album plein de peps et de folie. Ce nouvel opus a d’ailleurs une histoire singulière. Partant du constat que tous les super-héros sont Occidentaux, Keziah Jones décide de créer de toute pièce un équivalent africain des personnages de Comics.

Si l’objectif initial était d’en faire une BD, il s’est peu à peu transformé en musique. Captain Rugged apparaît aujourd’hui comme un personnage de scène loufoque, à l’image du M créé par Matthieu Chedid.

Plus proche de l’Afrobeat que jamais, éclectique et foisonnant, Captain Rugged est de loin le meilleur album de Keziah Jones depuis l’intouchable Blufunk is a fact. 20 ans après, ça fait du bien ! »

(In l’article Captain Rugged de Keziah Jones écrit par Romain Dostes pour Africavivre en décembre 2013).

Laissez-vous porter par l’Afronewave.

 

 

Zoom

10 Tie and the love process – Life is not a waiting game

« Une jeune et talentueuse poétesse sénégalaise fédère autour d’elle des musiciens aventureux et inspirés. De cette collaboration naît un nouvel horizon sonore appelé « l’Afro-Space Poetry ». Innovant et séduisant.

Ce n’est qu’un EP de cinq titres, mais quelle claque ! Life is not a waiting game est le résultat étonnant d’une belle rencontre : celle d’une jeune poétesse sénégalaise appelée Tie avec des musiciens innovants, dont le touche-à-tout Gimba Kouyaté au ngoni et aux drums. »

(In Life is not a waiting game de Tie and The Love Process écrit par Lola Simonet en janvier 2014 pour Africavivre).

Prêts pour la claque musicale ?

Eva Dréano

Article précédent
« NÃO FAZ ISSO BELA » d’OS DETROIA : Alors on danse ?
Article suivant
« Johnny » de Yemi Alade : un titre pop et efficace.
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir