Le Socle des vertiges de Dieudonné Niangouna

Partager cet article

 

Le_Socle_des_VertigesThéâtre / Congo-Brazzaville
3_etoiles
Le Socle des Vertiges
de Dieudonné Niangouna
Théâtre Nanterre-Amandiers du 9 novembre au 4 décembre 2011

 

Les bruits et la fureur de Brazzaville restitués sur scène

Tout le long du spectacle, la scène est le lieu d’un désordre permanent : acteurs hurleurs, sons saturés de rumba congolaise ou de guitare électrique, et projections vidéo de dépeçage d’animaux. L’ensemble est assez confus, parfois lassant.  Est-ce voulu par le metteur en scène ? On pourra toujours dire que cette atmosphère brouillonne rendait compte du trouble émotionnel des personnages…

Les deux protagonistes principaux, Fido et Roger, sont deux frères du quartier des crâneurs de Brazzaville, amoureux de la même fille, une certaine Diane. On apprend qu’elle est retrouvée morte avec son enfant. S’ensuit un long épanchement de sentiments, où la désolation sentimentale se mêle à un discours politique brouillon.

Un siècle de vie politique tourmentée

Dans le flux de paroles de chacun des personnages, on découvre tour à tour les épisodes marquants de la vie politique du Congo-Brazzaville, depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui. Les comédiens font part du sentiment d’oppression interminable qui les habite (avec une syntaxe bien à eux) :
« Pourquoi chasser le tyran et le remplacer par le tyran ? Pourquoi tout ça nous tombe soit des Soviets, soit des Français, soit des Belges, soit Italiens, soit des Amerloques et des Chinois ? »

La deuxième scène de cette pièce, intitulée Le Cauchemar de Brazza vire carrément au cours d’histoire. Toutes les dates importantes du pays y sont mentionnées, du passage de Pierre Savorgnan de Brazza en 1875 à l’arrivée au pouvoir du régime marxiste-léniniste le « 31 décembre 1969 ».

 

zoom

Dieudonné Niangouna, auteur, acteur et metteur en scène

Né à Brazzaville en 1976, Dieudonné Niangouna est l’une des figures marquantes du théâtre congolais.

Fondateur de la Compagnie les Bruits de la Rue, il crée un théâtre foisonnant, qui privilégie la force des images sur la cohérence narrative.

En 2005, Dieudonné Niangouna a fait partie des quatre auteurs de théâtre d’Afrique présentés en lecture à la Comédie française, au Vieux Colombier.

Romain Dostes

​ 

Article précédent
White material de Claire Denis
Article suivant
La tumultueuse vie d'un déflaté de Camille Plagnet
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !