Un fusil dans la main, un poème dans la poche de Dongala

Partager cet article

 

Un_fusil_dans_la_main_un_poeme_dans_la_poche_de_Emmanuel_DongalaRomans / Congo - Brazzaville
5_etoiles
Un fusil dans la main, un poème dans la poche
d'Emmanuel Dongala
Aux Editions Le Serpent à Plumes
Un récit passionnant et sans concession sur la désillusion d'un combattant de sa lutte pour l'indépendance jusqu'à l'exercice du pouvoir.

 

Un fusil dans la main, un poème dans la poche est le récit mouvementé des indépendances à travers les aventures de Mayela dia Mayela, un combattant passionné partagé entre la lutte intellectuelle et les maquis.

Le livre s'ouvre sur la condamnation à mort d'un prisonnier épuisé.

Mayela, ex-président désavoué par le même peuple qui l'a porté aux nues, va mourir. Ses souvenirs viennent à lui : le film d'une vie intense qui l'a conduit d'un soir d'ivresse (jour de l'indépendance) à un soir de doute (veille de son exécution).

Pionnier d'un mouvement d'émancipation africaine, Mayela revit tout : la gloire des maquis de l'Afrique australe à l'enfer des régimes post-coloniaux avec un amour constant mais lucide pour son continent.

A travers ses rencontres, ses succès, ses espoirs, ses désillusions se dessinent les contours du visage de l'Afrique, « un grand et beau mythe (ou tout) est résumé dans sa forme ambiguë : celle d'un cœur et celle d'un poing fermé ».

Une écriture de qualité et une sincérité désarmante pour ce grand roman initiatique, à lire et à relire !

zoom

Un livre toujours d'actualité

Livre culte de la jeunesse africaine des années 70 et premier roman d'Emmanuel Dongala, Un fusil dans la main, un poème dans la poche vient d’être réédité aux Editions Le Serpent à Plumes.

Le roman de l’écrivain congolais né à Brazzaville était introuvable en librairie depuis au moins vingt ans mais circulait sur le continent noir sous forme de photocopies…

Aujourd'hui, la principale question qu'il pose reste d'actualité. De quels maux véritables souffre ce continent enlevé des mains du colon blanc pour « le remettre entre les mains de ces Noirs galonnés et bedonnants assis sur la masse du peuple ».

Le personnage de Mayéla est une réponse. La foi, l'optimisme et la générosité alliés à un réalisme souriant restent de vraies pistes de réflexion pour combattre les pièges du pouvoir.

Rédigé par Marie-Alix Saint-Paul
en-vente-a-la-boutique-africavivre

​ 

Article précédent
Ténèbres à midi de Théo Ananissoh
Article suivant
Inyenzi ou les cafards de Scholastique Mukasonga
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !