Abd-Al-Malik-rencontre-Albert-Camus

Concerts / Congo-Brazzaville

Abd Al Malik rencontre Albert Camus - L’art et la révolte

Nouveau spectacle librement inspiré de l’œuvre d’Albert Camus.

Partager cet article
Lundi 16 décembre 2013. L’art et la révolte était programmé au Théâtre du Châtelet à Paris.

Ce spectacle en trois actes est un projet hors norme à l’image de son auteur. Abd Al Malik rappe, slame et écrit. Il compose sa vision du monde. Elle est faite d’humanisme et de mots. Sans frontière, il aime puiser dans de nombreux genres : jazz, r’n’b, poésie, rumba et pop musique.

Touche à tout, il est l’auteur de romans et d’essais à succès. Bibliophile de la première heure, Abd Al Malik voit en Albert Camus « un frère ». A 13 ans, il lit L’Envers et l’Endroit, paru en 1937. Il découvre que, tout comme lui, l’auteur de La peste a été élevé par une mère seule dans une cité.

Marqué par cette lecture entre autres, Abd Al Malik étudie la philosophie. La notion d’absurde au centre de la pensée d’Albert Camus ne cesse de l’inspirer. Poussé par « la conscience du vide et du désespoir de vivre » (ndlr L’Envert et l’Endroit), créer, se révolter et aimer s’impose à lui. 

abd-al-malik


L’art.
Abd Al Malik grandit dans un quartier difficile de Strasbourg, le Neuhof. Très jeune, il tombe dans la petite délinquance. Il voit ses amis mourir d’overdose et aller en prison. La littérature l’aide à sortir de cet engrenage morbide. Jeune adulte, il rentre dans le groupe de rap NAP fondé par l’un de ses frères. Il se lance ensuite dans une carrière solo et gagne en 2006 une « Victoire de la musique » pour l’album Gibraltar.

L’art et la révolte évoque son parcours, celui d’Albert Camus et la philosophie de ce dernier. Le premier acte accueille le public avec la voix d’Albert Camus. Les morceaux extraits de Dante (2008) et de Gibraltar (2007), Soldat de plomb et Le marseillais parlent de la vie en cité. C’est le temps de l’enfance, de la solitude et de l’enfermement.

Dans le deuxième acte, Abd Al Malik est entouré de musiciens. L’artiste s’ouvre au monde.

Dans le dernier, il est rejoint par un orchestre symphonique : symbole de l’universel, de la rencontre avec l’autre, avec la foule.

Des extraits de L’Envert et l’Endroit nous introduisent tout au long du spectacle dans la philosophie d’Albert Camus. On découvre la figure de l’Artiste et de l’Homme spirituel. Proche de celle de l’Homme solitaire/solidaire. Ce dernier doit savoir être un homme médian. C’est-à-dire être humain avant tout.

Et l’Art dans tout ça ? Il nous incite à prendre nos distances avec la réalité, avec nos émotions, nous dit Abd Al Malik.
 

Répétition avec orchestre du spectacle " Abd Al Malik rencontre Albert Camus - L'Art et la Révolte ".

Zoom

Un artiste médian. France plurielle.

Abd Al Malik prêche pour un humanisme sans frontière. Pour un monde fait d’artistes agissant sur plusieurs scènes à la fois.

Aussi, il lutte contre le barrage de Belo Monte en Amazonie.

Il chante et écrit pour dépeindre son pays, sa France plurielle. Une France au sein de laquelle l’amour serait la religion prônée. Ses ouvrages, L’islam au secours de la république, Le dernier français, Qu’Allah bénisse la France (Prix Laurence Trân), La guerre des banlieues n’aura pas lieu (Prix de littérature politique Edgar Faure), y contribuent.

Il travaille actuellement à la réalisation cinématographique de son livre Qu’Allah bénisse la France. Une nouvelle pierre à cet ambitieux édifice en construction.

Eva Dréano

Article précédent
Lovely Difficult de Mayra Andrade
Article suivant
Life is not a waiting game de Tie and The Love Process
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !