Ballou-Canta-Boboto

Albums / Congo-Brazzaville

Ballou Canta, vivre ensemble et en musique

Nouvel album Boboto Il est grand temps de découvrir ce Congolais chanteur-né.

Partager cet article

Il est la voix d’or de Black Bazar et du Bal de l’Afrique enchantée. Il chante depuis qu’il est né. Vladimir Cagnolari dit de Ballou Canta qu’il est un trésor resté longtemps caché.

François Ballou Canta naît au Congo-Brazzaville quelques années avant l'indépendance du pays. Il commence la musique très jeune. Lycéen, il apprend la guitare et fonde avec le fils de l'ex-président de l'époque, Robert Massamba Débat, le groupe Chanta Bouita.

Son bac en poche, il rentre dans la fonction publique et travaille aux PTT. La musique ne le quitte pourtant pas. En 1978, son premier 45 tours remporte le prix de la jeune chanson congolaise. L'orchestre dont il est le leader, Télé-Music, tutoie de fameux groupes tels Les bantoues de la capitale, L'orchestre Le peuple, le SBB...

Ballou-Canta


Dans les années 1980, Ballou Canta part enregistrer plusieurs 33 tours à Paris. Hostile depuis toujours au parti au pouvoir au Congo, la France lui semble alors une contrée bien accueillante. Il s'y installe et rencontre les chantres de la musique du monde de l'époque : Lokua Kanza, Manu Dibango, Ray Lema, M'Bamina.

Avec son groupe, Soukouss Stars, il sort deux albums. S'ensuivra une tournée internationale qui durera dix ans et lui fera découvrir le monde entier.

Dans les années 1990, il croisera Sam Mangwana, Oliver N'Goma et Papa Wemba. En 2012, il intègre l'orchestre du Bal de l'Afrique enchantée et excelle dans ce répertoire reprenant les plus grands tubes africains des années 70 et 80.

La même année, Ballou Canta fait partie de l'aventure Black Bazar. Avec ce projet porté par l'écrivain et académicien Alain Mabanckou, la rumba congolaise connaît un nouveau souffle dont il est la voix lead.

Plus récemment, il s'illustre aux côtés de Ray Lema et de Fredy Massamba avec le projet acoustique à trois voix, Nzimbu.


Dans les coulisses de Ballou Canta

Zoom

Vivre ensemble et en musique, le credo du nouvel album de Ballou Canta

Aujourd'hui, son album Boboto est le fruit de ces différentes pérégrinations musicales.

Il vogue de la rumba au soukous, de la saudade cap-verdienne à la salsa, en empruntant des chemins de traverse traditionnels ou en flirtant avec le bélé martiniquais.

Cosmopolite, l'album nous fait visiter des territoires congolais. Le lingala, le munukutuba, le vili et le kikongo, quelques-unes des langues parlées au Congo, sont brandies comme autant d'étendards d'une nation riche et aux multiples facettes.

Avec le pianiste martiniquais Hervé Celcal, il est question de recréer un pont entre le continent et les Antilles. La tradition, la culture et les mauvaises pratiques politiques au Congo et en Afrique sont les thèmes de cet album.

Comme une ode à la vie, ces morceaux nous disent à travers de petits récits initiatiques comment mieux vivre ensemble. Ainsi, on ne s'étonnera pas d'apprendre que Boboto signifie vivre ensemble, savoir-vivre et paix. Simple, doux à l’oreille et efficace. Comment ne pas s’en laisser conter par un Ballou Canta enjôleur ?

Eva Dréano

Article précédent
Elida Almeida, voix grave et saudade douce
Article suivant
Valérie Ekoumé, un nouvel album fait d’amour et de voix fraîche
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !