Mayra Andrade en concert

Partager cet article

 

Mayra Andrade en concert au Theatre de la Ville de ParisConcerts / Cap-Vert
5_etoiles
Mayra Andrade en concert
Théâtre de la Ville de Paris le 15 février 2013
Le Cap-Vert a trouvé sa nouvelle diva.

 

Le concept de la soirée avait de quoi étonner : Mayra Andrade, chanteuse de seulement 27 ans, a profité d’une invitation du Théâtre de la Ville de Paris pour chanter non pas ses propres morceaux, mais une compilation de chansons d’amour.

Comme si l’heure était déjà au bilan, à la célébration des autres, alors même que sa carrière n’en est qu’à ses débuts.

Cette initiative résume assez bien la maturité et la liberté que se donne la jeune femme.

Sous ses traits juvéniles et candides, Mayra fait preuve d’une expérience impressionnante.

Entourée seulement d’hommes, qu’elle fait venir et disparaître de scène à sa guise, elle apparaît même toute puissante sur scène. Le numéro de charme opère, tout le monde est conquis.

Une cartographie musicale irréprochable

Pendant cette soirée, Mayra a donc interprété des morceaux choisis. L’enchaînement, révélateur de ses influences et de ses inspirations a permis de dessiner une cartographie musicale irréprochable.

La variété brésilienne (Caetano Veloso, Chico Buarque) y était très présente, tout comme la trova cubaine ; le pianiste (Harold Lopez Nussa) et le contrebassiste (Felipe Cabrera) avaient d’ailleurs fait le déplacement de La Havane.

Mayra Andrade a également interprété le morceau de Charles Aznavour, Je danse avec l’amour, ou encore le titre américain de Gus Kahn (repris merveilleusement par Nina Simone entre temps), My baby just cares for me.

zoom

L’inévitable comparaison avec Cesaria Evora

Bien sûr, quand on pense au Cap-Vert, on est tenté de l’associer à la Diva aux pieds nus, Cesaria Evora, disparue il y a deux ans.

Evoluant dans un registre plus éloigné de la musique traditionnelle, Mayra Andrade a de son aînée une part d’insouciance et un côté nonchalant qui la rend si charmante.

Une chose est sûre : même si Cesaria est irremplaçable, le petit archipel a depuis trouvé une nouvelle diva en la personne de Mayra Andrade.

Années 1970-80, Cesaria renonce à sa carrière et sombre dans la mélancolie... avant de retrouver l'art de la scène qu'elle ne quittera plus : en 1988 sort son album La diva aux pieds nus, qui ne sera que le début d'une longue et intarissable carrière musicale.

Romain Dostes

​ 

Article précédent
V.S.N.P. – Very Special New Production de Ray Lema Quintet
Article suivant
Bongo Hotheads de Jagwa Music
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir