Eva de Dino D’Santiago

Albums / Cap-Vert

Eva de Dino D’Santiago

Lusafrica Dino D’Santiago, ou Césaria Evora réincarnée dans le corps d’un bel Apollon chanteur de fado. L’album, une transsubstantation musicale improbable et rafraîchissante.

Partager cet article

Dino D’Santiago, né Claudino de Jesus Borges Pereira, sort ce mois-ci son premier album solo intitulé Eva.

Ce titre est l’évocation de la première femme. Celle qui nous lie les uns aux autres par une histoire universelle.

A travers ce premier opus Dino D’Santiago parle des origines de l’humanité et de ses racines cap-verdiennes. Ayant grandi dans un petit village de l’Algarve au Portugal, son voyage récent avec son père sur l’île de ses origines, Santiago, éveille en lui un désir fécond. Cet album est le fruit de cette expérience initiatique. Il y emprunte de nouveaux chemins musicaux en mêlant des rythmes traditionnels au fado. Il épure son style pour être au plus près de ses émotions.

Petit, Dino D’Santiago assistait souvent aux répétitions de la chorale de la paroisse dans laquelle ses parents chantaient. Adulte, sa créativité s’exprime à travers la peinture.

dino-d-santiago


En 2003, accompagnant un ami, il accède à la finale d’un radio crochet télévisé. Sa carrière musicale débute. Il chante d’abord sous le nom de Dino SoulMotion dans le groupe Jaguar et s’illustre sur la Scène « Nu soul lisboète ». Avec le groupe Da Weasel, il remporte le MTV award de la meilleure performance portugaise pour le titre This is for my people. Ce clip pop navigue dans les hautes sphères de la planète Youtube avec plus de 400 000 vues.

Une reconversion professionnelle qui aura eu pour mérite de nous faire découvrir une voix émouvante et chaleureuse. Une singularité à inscrire au patrimoine immatériel cap-verdien.

Un album aux sonorités variées

Le morceau Kaminhu Poilon est étonnant. Il commence sur un air de fado et se poursuit sur un rythme de Funana marqué par l’accordéon et le cavaquinho.

Le rythme et la mélodie langoureuse de Pensa na oji sont troublants de ressemblance avec les airs de « La diva aux pieds nus ». Paulo Flores, chanteur prodige angolais accompagnant Dino D’Santiago, nous plonge dans des abîmes de mélancolie et de nostalgie propre au fado et aux musiques traditionnelles cap-verdiennes.

Le morceau Eva est un cri du cœur au rythme jazz très libre. Djonsinho Cabral fleure bon l’Angola et les indémodables tubes de Bonga.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 
 
 

Dino D'Santiago performing Nôs Tradison

Zoom

Un album nomade

L'album Eva nous invite à la découverte des terres lusophones. 

Une balade au côté d’autres artistes également porteurs d’une histoire musicale forte : Sara Tavares, Paulo Flores, Hernani et Jay entre autres.

Violão - guitare classique - ou - cavaquinho - petite guitare à quatre cordes, et différentes percussions nous transportent du Cap-Vert, au Portugal, en Angola, au Brésil.

Eva Dréano

Article précédent
Sketches of Ethiopia de Mulatu Astatke
Article suivant
Rencontre avec Mo'Kalamity, la voix suave du reggae roots militant.
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !