Ora-Doci-Ora-Margos-elida-almeida

Albums / Cap-Vert

Elida Almeida, voix grave et saudade douce

Nouvel album Ora Doci, Ora Margos - Lusafrica La musique d'Elida Almeida est énergie et mélancolie. Elle vous déborde d’émotions inattendues.

Partager cet article

Elida Almeida apprend à chanter en écoutant la radio et se fait connaître en se produisant dans des cafés.

Son premier album Ora Doci, Ora Margos - moments doux, moments amers - connaît en très peu de temps un formidable succès au Cap-Vert. Attention, Elida Almeida débarque en France.

Africavivre : À 22 ans, vous êtes déjà auteure, compositrice et interprète. D’où vous vient toute cette énergie ?

Elida Almeida : Cette énergie me vient de mon vécu, de ma vie. Elle n’a pas toujours été facile. Alors forcément, ça forge le caractère. C’est cela qui m’a aidé à réussir tout ce que je fais.

Elida-Almeida-cap-vert


Africavivre : Vous vous inspirez de rythmes populaires cap-verdiens - fununa, batuque ou morna. Votre musique est à la fois mature et juvénile. Quelles sont vos inspirations ?

Elida Almeida : Ma musique est un mélange de la tradition que j’ai écoutée toute ma jeunesse à Santiago, puis sur l’Ile de Maio. J’ai été aussi inspirée par les histoires que l’on m’a racontées petite.

Je reste néanmoins une jeune fille de mon siècle, du 21ème siècle : je suis influencée par les musiques de mon âge.

Africavivre : Rêvez-vous toujours de devenir juge ou procureur comme cela était le cas dans votre jeunesse ?

Elida Almeida : Oui, je pense que ce rêve n’est pas éteint mais j’ai de nouveaux rêves aujourd’hui. J’espère que j’arriverais à tous les réaliser.

Africavivre : En quoi seriez-vous une héritière de Cesaria Evora ou ne le seriez-vous pas ?

Elida Almeida : En tant que cap-verdienne, je suis porteuse de son héritage. Nous, les Cap-verdiens, sommes tous un peu les héritiers de Cesaria Evoria.

Mais je viens d’une autre région, de Santiago. Et là, existe une autre culture. C’est pourquoi, j’ai d’autres repères artistiques dont je suis aussi l’héritière. Ildo lobo et Katchas, deux artistes cap-verdiens de la région de Santiago m’ont aussi beaucoup influencée.

Katchas est un musicien qui a ramené le fununa traditionnel à une orchestration électrique. Il est un grand modèle pour beaucoup d’artistes. Et Lura. Je l’aime beaucoup également. Elle est une artiste de ma génération.

en-vente-a-la-boutique-africavivre


Nta Konsigui de Elida Almeida

Zoom

Le portrait chinois d'Elida Almeida

Africavivre : Si vous étiez un(e) auteur(e) africain(e). Qui seriez-vous ?

Elida Almeida : Au Cap-Vert, les auteurs que nous lisons nous viennent de la culture brésilienne et portugaise. Je dirais donc Paulo Coelho et Baltasar Lopes.

Africavivre : Si vous étiez un(e) réalisateur(trice) africain(e). Qui seriez-vous ?

Elida Almeida : Le réalisateur portugais qui vient de réaliser mon dernier clip, João Botelho.

Africavivre : Si vous étiez un(e) musicien(ne) / chanteur/teuse africain(e). Qui seriez-vous ?

Elida Almeida : Miriam Makeba et Ildo Lobo.

Africavivre : Si vous étiez un plat africain. Lequel seriez-vous ?

Elida Almeida : Le cachupa (le cachupa est le mets national cap-verdien. C'est une sorte de ragoût dont les ingrédients de base sont le maïs et les haricots secs. In wikipedia)

Propos recueillis par Eva Dréano

Article précédent
Terakaft en concert, entre blues nostalgique et rock viscéral
Article suivant
Ballou Canta, vivre ensemble et en musique
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !