Mitterrand et Sankara en dvd

Partager cet article

 

Mitterrand_et_SankaraThéâtre / Burkina Faso
4_etoiles
Mitterrand et Sankara en dvd
de Jean-Louis Martinelli
Théâtre Nanterre-Amandiers / Collection Copat 

 

Un petit air de Françafrique…

Jean-Louis Martinelli, metteur en scène et directeur du théâtre des Amandiers de Nanterre contribue chaque année à l’émergence d’un théâtre africain. Il a plusieurs fois accueilli des auteurs africains, comme dernièrement Dieudonné Niangouna pour Le Socle des Vertiges.

En 2008, il met en scène la rencontre de deux chefs d’État des années 1980 avec comme objectif de poser une réflexion sur la Françafrique et les liens de coopération qui unissent la France et ses anciennes colonies. Un DVD de ce spectacle est disponible dans la collection Copat.

Deux présidents aux idées bien arrêtées

L’intérêt de ce spectacle est de confronter deux hommes politiques francs, au caractère bien affirmé, mais capable en même temps de la plus grande malice.

Pour mieux faire entendre leur position, Jean-Louis Martinelli a d’ailleurs pris le parti d’intégrer deux discours politiques au cœur de son spectacle.

Il donne d’abord à entendre le discours prononcé par Thomas Sankara à l’Assemblée générale des Nations Unies le 4 octobre 1984. Et le spectacle se termine par le discours prononcé par François Mitterrand lors du XVIe sommet franco-africain de la Baule le 20 juin 1990.

Une brillante analyse du discours diplomatique

L’enjeu de la pièce est aussi de décortiquer la parole diplomatique. Entre les deux personnages, une femme sans nom, interprétée par Odile Sankara, entrecoupe le dialogue entre les deux chefs d’État d’une analyse sur la théâtralité du dialogue diplomatique.

 

zoom

Le Françafrique sous Mitterrand

Souvent associée aux réseaux mis en place par Charles de Gaulle et Jacques Foccart, la Françafrique est définie comme l’ensemble des pratiques paternalistes de la France vis-à-vis des chefs d’État africains. Lancée véritablement sous de Gaulle, elle se poursuit avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.

Le rapport change, les hommes aussi : Jean-Christophe Mitterrand surnommé « Papamadi » devient la figure centrale de ce réseau. Du côté africain, de nouveaux présidents tels que Thomas Sankara entrent dans ce rapport ambigu tout en le critiquant, tandis que d’autres, à l’image d’Omar Bongo, récoltent les fruits semés au cours des précédentes présidences françaises.

Romain Dostes

​ 

Article précédent
L’Immeuble Yacoubian de Marwan Hamed
Article suivant
Le dernier Roi d’Écosse de Kevin McDonald
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !