Albums / Burkina Faso

MOUSS & ISSOUF, ode à la rencontre

Inouïe Distribution Quand la contrebasse et l'oud rencontrent le n'goni et le balafon

Partager cet article

Mustapha Idir, d'origine kabyle, et Issouf Monkoro, d'origine burkinabée, se rencontrent pour un deuxième album inspiré et enthousiasmant, qui nous convie à établir des passerelles entre les cultures.

Comment vos routes se sont-elles croisées ?

Issouf : Mouss' est venu habiter dans un village où j'étais installé depuis quelques années (St Bonnet le Château). Lui était dans le milieu blues et moi dans la musique africaine. Il est venu me proposer un projet : le blues à la rencontre de ses racines. On s'est vu pour faire tourner deux ou trois choses et ça a collé de suite.

Comment l'album The Sound of Sun est-il né ? Comment l'avez-vous construit ?

Mouss : On a d'abord enregistré un 1er album, From the roots....To the blues en duo, et on a voulu faire quelque chose d'un peu plus étoffé.  On a donc fait appel à Vincent Bûcher à l'harmonica qui est sûrement la personne la plus riche dans le style blues et world.

Issouf : On a aussi fait appel à Fabrice Laurent qui est un batteur percussionniste très à l'écoute. Il habitait encore Montréal à ce moment-là, ce qui explique que l'album a été enregistré en partie à Montréal.

De quelle manière avez-vous travaillé ?

Mouss : À partir de petites idées de mélodies, on a développé et construit des ambiances, qui ont ensuite fait naître des idées de textes.

Comment mariez-vous le blues, la musique berbère et celle d'Afrique de l'Ouest ?

Issouf : Toutes les musiques peuvent se mélanger, s'entrelacer et donner des couleurs originales.

Mouss : D'ailleurs, les musiques qu'on écoute sont toutes issues de mélanges et de rencontres de peuples à la base. Nous on a fait ce qui nous touchait le plus avec ce que l'on savait faire...

 

Quelle part laissez-vous à l'improvisation ?

Mouss : L'improvisation a une place très importante. Jouer deux fois le même morceau ne donnera jamais le même résultat. Il est important de jouer sur le feeling, particulièrement en live, sans quoi ça devient de la "musique empaillée" et un peu moins de la "musique vivante".

Comment l'inspiration vous vient-elle habituellement ?

Mouss : Une idée de texte ou un riff vous vient à un moment de la journée, on le garde dans un coin de la tête ou on le note quelque part et quand on se voit, on essaie différentes choses. Puis vient un moment où ça match. Alors on fixe une base et on développe...

Fabrice Laurent aux percussions et Vincent Bûcher à l'harmonica vous accompagnent également. Comment le travail s'est-il passé avec eux ?

Issouf : Avec Mouss' on a enregistré les morceaux plus ou moins aboutis qu'on a envoyés à Fabrice, et il a habillé tout ça, avec ses rythmes magiques. Ensuite Vincent est venu poser l'harmonica avec le feeling qu'on lui connaît. Fabrice Laurent et Vincent Bûcher sont des musiciens avec un très gros bagage, aussi bien dans le blues, le jazz que le world, ce qui fait qu'un certain naturel s'installe à chaque session.

Issouf - Armel Noiry

Dans quel type d'atmosphère aimez-vous produire de la musique ?

Mouss' : Toutes les atmosphères sont intéressantes, la musique s'adapte toujours. Mais il est vrai que quand le public est à l'écoute, ça permet d'aller chercher plus loin et de prendre plus de risque sur l'instrument.

Pensez-vous que la musique peut façonner des ponts durables entre des cultures différentes ?

Issouf : Oh oui ! Musicalement, culturellement, socialement c'est certain, après politiquement c'est autre chose...

Comment s'est passée la collaboration avec votre label Inouïe Distribution ?

Mouss' : C'est Fabrice Laurent qui m'a dit de les contacter, car il les avait rencontrés avec une autre formation et il les avait trouvés honnêtes et très professionnels. Je leur ai proposé deux albums "The sound of sun" et mon album contrebasse solo "A voix contre-basse" . Ça les a intéressés.

Il y a presque dix ans sortait votre premier album commun, "From the roots... to the blues", qu'est-ce qui a changé depuis ?

Issouf : Ça nous a permis de tourner et de rencontrer un autre public curieux de ce mélange et de nous pousser à développer ce projet. Puis le covid a pointé son nez et... tout est en suspens !

Mouss', vous publiez également un autre album en solo, A voix contre-basse. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Mouss' : C'est un album contrebasse solo et chanté tout en français avec des textes du quotidien ou qui abordent des questions existentielles. J'ai enregistré plusieurs contrebasses les unes sur les autres avec différentes techniques de jeu. En walking, slap, à l'archet, en faisant des percussions dessus. C'est un répertoire que je joue sur scène avec un looper que je commande au pied. Ce qui est intéressant en live, c'est que je peux me permettre tous les possibles...

Remerciements chaleureux à Mouss' & Issouf, ainsi qu'à Ludovic Le Strat.

Zoom

L'affiche de "The Sound of Sun"

Qui a conçu l'affiche de "The Sound of Sun" ? Pourquoi ce choix ?

Mouss' : C'est le photographe Michel Dieudonné avec qui je travaille depuis plus de 30 ans.

Il avait repéré ce mur plein de couleurs près de l'opéra de St-Etienne et nous a proposé de faire la séance photo avec ce fond.Et vu que Michel a l'œil et bien, on a suivi ses conseils.

Matthias Turcaud

Article précédent
NIARAMY, cocktail détonant à l'énergie contagieuse
Article suivant
LASS, attention : pépite !
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données