Cobra Verde de Werner Herzog

Partager cet article

 

Cobra_Verde_de_Werner_HerzogFilms / Bénin
5_etoiles
Cobra Verde
de Werner Herzog
Werner Herzog Filmproduktion
La folle histoire du négrier brésilien De Souza !

 

La vie du plus grand trafiquant d’esclave au Dahomey

A l’évocation du nom de Francisco Felix de Souza, l’histoire se mêle toujours un peu à la légende. Ce patronyme très fréquent encore de nos jours au Bénin est l’héritage d’un négrier brésilien installé à Ouidah, dans le royaume du Dahomey à la fin du XVIIIe siècle.

Cobra Verde met ainsi en scène les principaux épisodes de la vie de ce personnage haut en couleur décrit dans le roman de Bruce Catwin, Le dernier roi du Dahomey.  Connu pour avoir amassé une richesse considérable grâce au commerce des esclaves, on dit aussi que De Souza aurait donné naissance à plus de soixante enfants.

Herzog se penche sur le début de la vie de De Souza

Une grande partie du film est consacrée aux difficultés qu’a connues Francisco de Souza avant de bâtir son « empire » : on le voit d’abord voguer, miséreux et esseulé, dans le Sertao, cette région aride du nord du Brésil. Puis le réalisateur s’attache aux nombreux et épuisants allers-retours entre le Brésil et la « Côte des Esclaves ».

La suite se concentre surtout sur la relation entre le négrier et le Roi du Dahomey. D’abord fait prisonnier et rejeté, il réussira progressivement à s’attirer les faveurs du roi...

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 


 

zoom

Klaus Kinski, acteur principal et complètement fou de ce film

Cet acteur allemand, qui tourne dans la plupart des films de Werner Herzog et avec qui il a toujours entretenu des relations houleuses incarne à la perfection Francisco de Souza.

D’une sévérité extrême, manipulateur, on retrouve dans son jeu les principaux traits de caractère qui font la légende de Francisco de Souza.

Jouant avec les limites de la folie pour incarner son rôle, Kinski réussit notamment un final d’anthologie.

Herzog lui-même raconte qu’il a mis tellement d’énergie dans ce finish qu’après ça, plus aucune collaboration entre lui et son acteur fétiche n’a été envisageable...

Romain Dostes

​ 

Article précédent
La tumultueuse vie d'un déflaté de Camille Plagnet
Article suivant
Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !