BEATRICE-LALINON-GBADO

à lire / Bénin

Ode à BÉATRICE LALINON GBADO : pour une littérature d'enfants africaine de qualité

Lire jeune en Afrique : une priorité !

Partager cet article

L'écrivaine et éditrice Béatrice Lalinon Gbado, très largement saluée et récompensée, a beaucoup oeuvré pour que la littérature de jeunesse acquière ses lettres de noblesse au Bénin.

Dans ses jeunes années, Béatrice Lalinon Gbado dévore les livres en grand nombre à la bibliothèque municipale de Natitingou, au nord du Bénin.

Professeure de sciences au collège de 1982 à 1999, elle défend l'idée d'une littérature pour enfants ambitieuse et de qualité, capable de prendre à bras-le-corps des sujets complexes ou sombres.

Elle crée en 1998, à Cotonou, la maison d'édition "Ruisseaux d'Afrique" et a dirigé, de 2002 à 2006, Afrilivres, l'Association des éditeurs francophones au sud du Sahara.

Ruisseaux-d-Afrique

On lui doit une quarantaine d'ouvrages tels que "La Fête de l'igname", "Le Dauphin de Gorée", "Papayes et Papayers", "Le Nénuphar de Bola" ou "Le Village le plus propre", où elle sensibilise son jeune public à des questions aussi importantes que le respect de l'environnement, la maladie grave ou le deuil prématuré.

Béatrice Lalinon Gbado se montre également très attachée à mettre en valeur le patrimoine qui est le sien, via des livres à caractère ethnologique comme "Les Messages du pagne", "Le Fromage peuhl", ou "Proverbes africains".

edition-Ruisseaux-d-Afrique

Structurée avec soin, "Ruisseaux d'Afrique" se subdivise en plusieurs catégories bien distinctes. "Serin et Libellule" se dédie ainsi aux tout petits, "Lunes et enchanteresses" correspond à un album de contes, "Enfant et santé" aborde l'hygiène et la prévention ; tandis que "Tanéka" se destine à un lectorat un peu plus âgé, et qu' "Arts d'Afrique" consiste en une série de beaux-livres tout public.

La collection "A la découverte de la vie" - à laquelle Béatrice Lalinon Gbado tient tout particulièrement - s'intéresse à la genèse de la vie, chez les humains, les plantes et les animaux -, dans le sillage de la carrière de professeure de sciences de l'éditrice-écrivaine.

collection-a-la-decouverte-de-la-vie

La reproduction des ovipares ou des mammifères, les plantes unisexuées, les lois de l'hérédité et la reproduction humaine se retrouvent au centre de l'attention, dans des albums intelligents, conçus de concert avec des profs de SVT, et des illustrateurs ayant recours à des méthodes très diverses : Ponce Zannou use ainsi de paillettes de bois et de pigments ; alors que Jemy Bernard a jeté son dévolu sur la gouache, et feu Hervé Gigot sur l'aquarelle.

Dans une perspective à la fois éducative et agréable, ces albums perpétuent la tradition des soirées aux clairs de lune et autres rites initiatiques, eux aussi dotés d'une visée clairement pédagogique.

La collection bien pensée de Béatrice Lalinon Gbado a permis de répondre à un vrai manque de la littérature jeunesse béninoise au début des années 90, et a connu un engouement notable dans plusieurs pays - de la Belgique au Canada en passant par l'Afrique.

Complimentée moult fois, les "Ruisseaux d'Afrique" ont reçu à deux reprises le prix Alioune Diop de l'édition francophone en Afrique, en 2002 et 2005.

Zoom

Le salon de Cotonou pour la jeunesse

Décidément pas en manque d'énergie ni d'idées, l'éditrice et écrivaine béninoise a également initié un salon annuel dédié aux livres pour enfants et pré-adolescents.

L'événement permet de solliciter dix-sept centres de lecture situés dans dix villes du pays - Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Djougou, Naititingou, Savalou, Bohicon, Lokossa, Ouidah et Come -, et d'investir aussi le Centre de Promotion et de l'Artisanat.

Ce salon s'organise en partenariat avec plusieurs autres maisons d'édition tournées vers les plus jeunes, comme les maisons Ago médias et Graines de pensées au Togo, Donniya au Mali, ou Dagan en France.

Les festivités comprennent rencontres littéraires, animations, conférences et concours divers ; ou encore autant d'heureuses initiatives de la part de Béatrice Lalinon Gbado, et de ses collaborateurs très inspirés.

Matthias Turcaud

Article précédent
LE SOUFFLE DE L'HARMATTAN, la pépite méconnue de Baba Moustapha
Article suivant
L’Afrique ancienne, de l’Acacus au Zimbabwe, 20 000 avant notre ère - XVIIe siècle
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !