Hora Kota de Bonga

Partager cet article

 

 

Hora_Kota_de_BongaAlbums / Angola
5_etoiles
Hora Kota
de Bonga
Lusafrica
Pour son 30ème album, la star angolaise en profite pour faire le point sur son pays.

 

Bonga, c'est d'abord une voix. Elle prend, elle est chargée d'années de luttes, de guerre et d'exil.

A près de 70 ans, cet angolais lusophone a vécu la colonisation portugaise fasciste de Salazar, la guerre de libération suivie de 27 ans de guerre civile et le cortège de ses 500 000 victimes.

Bonga est une des voix emblématique de l'Angola et il est en cela plus qu'un chanteur. Son univers musical est en soi un métissage : fado, musique traditionnelle africaine, cubaine et sud-américaine vraiment proche de la Cap-verdienne Cesaria Evora.

Ce n'est pas un hasard, car cette dernière a connu son premier grand succès avec Sodade qui est en fait une reprise d'un titre de l'album Angola 74 de Bonga. Ils l'ont d'ailleurs aussi enregistré en duo : un superbe moment d'émotion et de musique.

Hora Kota est un album envoutant joué avec des instruments acoustiques : guitare, flute, percussion, choeurs.

Il commence par Lelu, qui donne le ton général de l'album et se termine par un duo avec Bernard Lavilliers. Il chante la vie en Angola, riche, pour le malheur de ses habitants, de pétrole et de matières premières. On se laisse transporter par ses rythmes et ses mélodies qui mettent en relief la voix de Bonga, forte, éraillée, fascinante.

Avis au amateurs : Bonga passe à Paris au Cabaret Sauvage au Parc de la Villette le jeudi 31 mai 2012 avec ce nouvel album au répertoire.

 

zoom

L'Angola, de la colonisation en passant par la guerre civile jusqu'à la manne du pétrole

L'Angola est sortie d'une décolonisation violente par une guerre civile interminable qui se termina par la mort de Jonas Savimbi de l'UNITA.

La richesse de l'Angola fit de ce conflit un épicentre ou s’exercèrent les rivalités internationales.

Aux manettes : le couple traditionnel de la guerre froide, les USA et l'Union soviétique mais aussi l'armée cubaine et l'armée sud-africaine.

L'Angola ressortit exsangue de ces années de guerre sans agriculture ni transport mais avec du pétrole !

Rédigé par 2Biville

 en-vente-a-la-boutique-africavivre

​ 

Article précédent
Pata Pata de Miriam Makeba
Article suivant
Soldier of Peace de Kuku
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !