Enquete-au-paradis-de-Merzak-Allouache

Documentaires / Algérie

Enquête au paradis de Merzak Allouache

Merzak Allouache enquête sur le rapport illusoire des Algériens à la religion. Passionnant !

Partager cet article

Nedjma, jeune journaliste dans un quotidien, mène une enquête sur les représentations du Paradis véhiculées par la propagande islamiste et les prédicateurs salafistes du Maghreb et du Moyen-Orient à travers des vidéos circulant sur Internet. Mustapha, son collègue, l’assiste et l’accompagne dans cette enquête qui la conduira à sillonner l’Algérie....

 

A 73 ans, le réalisateur algérien Merzak Allouache n'a rien perdu de sa pugnacité et poursuit son combat contre l'intégrisme. Entretien sans détour.

Enquête au paradis est un documentaire de création. Pourquoi avez-vous pris le parti de fictionnaliser ce qui semble être au départ une enquête de terrain ?

Merzak Allouache : Même si je m’inspire de la réalité, mes films sont, pour la majorité, le fruit de mon imagination. Enquête au paradis ne pouvait pas, par conséquent, être un pur documentaire car je suis attaché à la fiction. Je voulais que Nedjma – la journaliste interprétée par Salima Abada – notre guide dans ce film, ait toute sa place. Qu’elle soit beaucoup plus qu’une "machine à poser des questions". Je voulais qu’elle partage ses émotions, ses doutes et ses réflexions avec le spectateur.

Mais le film ne pouvait pas non plus être une pure fiction, car je tenais à ce que les Algériens, anonymes et personnalités intellectuelles, s’expriment sur ce sujet avec leur mots, leurs références, leur sensibilité. Et il me semble que je suis parvenu ainsi à recueillir une voix multiple, réelle et vraie.

Enquete-au-paradis-de-Merzak-Allouache

Comment avez-vous mis en place ce dispositif ?

Merzak Allouache : A partir d’un canevas écrit, Nedjma/Salima a mené les entretiens en toute liberté. Pendant ces moments d’échange, je me tenais à l’écart et me préoccupais du travail logistique avec les deux caméras. J’ai tout fait pour que rien ne perturbe la relation que Nedjma/Salima était en train de créer avec ses interlocuteurs.

Et il me semble effectivement que sa liberté et sa spontanéité les a mis en confiance pour développer leur pensée sans se soucier des caméras. Cette spontanéité est également présente dans les séquences de fiction, par exemple lorsque Nedjma/Salima est émue face aux vidéos dont elle découvre le contenu en temps réel.

Depuis quand aviez-vous en tête ce film ?

Depuis le tournage de Bab el Oued city en 1993 jusqu’aux Terrasses vingt ans plus tard, en passant par Harragas en 2009 et Le Repenti en 2012, j’ai pu observer, dans les mutations de la société algérienne, la prégnance grandissante de la religion.

Si l’on porte son regard au-delà des milieux très aisés de la nouvelle bourgeoisie ou de la classe moyenne, il existe une Algérie profonde où, malgré la manne pétrolière, la vie est très dure. Les gens n’ont rien, en particulier les jeunes qui constituent la majorité de la population. J’ai vu leur « mal être ». Ils n’ont rien à quoi se raccrocher, sinon internet et les chaînes de télévision satellitaires qui ont façonné une jeunesse nouvelle, parlant très peu français et tournée vers le Moyen-Orient.

Pour quelle raison le film est-il en noir et blanc ?

Merzak Allouache : Comme le dit le titre : il ne s’agit pas d’une enquête sur le paradis, mais au paradis, l’Algérie où je tourne ce documentaire. C’est évidemment ironique. Je ne voulais pas donner le sentiment d’un paradis coloré.

J’ai donc choisi le noir et blanc, d’autant plus qu’une large partie du film a été tournée au Sahara - un espace très photogénique. Je redoutais qu’une image trop folklorisée prenne, aux yeux du spectateur, le dessus sur les propos des intervenants. C’est étonnant de la part d’un cinéaste

Enquete-au-paradis-Merzak-Allouache

Comment avez-vous choisi votre comédienne principale, Salima Abada (Nedjma) ? Quelles qualités attendiez-vous d’elle ?

Merzak Allouache : J’avais déjà fait jouer Salima dans mon film Les Terrasses. J’ai pu constater son intelligence de jeu, son esprit vif, son sens de la répartie, ses facilités d’improvisation. C’est une actrice accomplie qui n’est pas timorée face à la caméra. Et surtout, c’est une fonceuse dans la vie. Une jeune femme moderne, qui sait parfaitement comment évoluer dans une société algérienne très compliquée.

Le film souligne avec courage et simplicité que la foi - cheminement personnel - ne devrait rien à voir avec la religion - idéologie collective. Pourquoi, selon vous, le besoin de spiritualité chez certains ne semble jamais pouvoir se séparer de son encadrement par un dogme ?

Merzak Allouache : Des interlocuteurs dans le film évoquent la nécessité d’une réforme de la religion musulmane. Avec la vidéo du prédicateur salafiste, qui est le vecteur de l’enquête, nous nous apercevons qu’aujourd’hui plus que jamais, toutes les dérives sont permises, et surtout acceptées et justifiées.

Comme il est dit dans le film, les hommes de bonne volonté se sont tus – par peur ou par soumission – et seuls les extrémistes se sont emparés du discours religieux. La foi et la spiritualité ne sont plus ce qu’elles étaient. Certains intervenants l’expliquent très clairement.

Pour George Orwell : « L'attitude du croyant qui considère cette existence comme une simple préparation à la vie éternelle, est une solution de facilité. » Enquête au paradis est-il votre réponse à cette réflexion ?

Merzak Allouache : Pour certains intervenants du film, il est clair que le paradis est un concept rassurant. Cette éternité de bonheur est une perspective qui leur permet d’endurer une vie quotidienne difficile, faite de frustrations et d’échecs.

Parce que le paradis les attend, beaucoup de croyants acceptent de subir les injustices en silence plutôt que de se révolter pour une vie meilleure. La soumission, c’est ce qu’ont toujours prôné les religions et les pouvoirs religieux. Un intervenant illustre bien ce discours : « Patientez, acceptez et courbez l’échine et votre gratification future n’en sera que plus grande. »

Enquete-au-paradis

Enquête au paradis, comme tous vos derniers films, retrace l’histoire douloureuse de l’Algérie de ces trente dernières années. Comme s’ils devaient servir de passage de témoin... Ou de remèdes à une Algérie frappée d’amnésie.

Merzak Allouache : C’est principalement à travers les séquences interprétées par les personnages de Nedjma et de sa mère que nous abordons l’amnésie, un thème qui me tient particulièrement à cœur. Je pense, par exemple, au moment du film où Nedjma et sa mère se rendent sur les lieux où l’écrivain Tahar Djaout a été assassiné par les islamistes en mai 1993. Cette séquence résonne comme un appel à ne pas oublier la période sombre du terrorisme. Ce qui fait mal au cœur, c’est de constater que la stèle, qui se trouve sur un parking, au milieu des voitures, n’a pas été mise en valeur.

La tragédie de la Décennie Noire vécue par les Algériens est aussi mentionnée par certains des intervenants du film qui relient l’incroyable violence qui a frappé ce pays aux dérives de l’islamisme politique. Ces derniers temps, il y a eu des tentatives de sortir de cette amnésie qui empoisonne la vie des Algériens. Mais la société algérienne est loin d’être apaisée…

Dans les milieux populaires, on a tendance à considérer que désormais les islamistes sont tranquilles, qu’ils ont des commerces. On n’a pas envie de revenir aux heures funestes, au chaos. On fait comme si notre pays était à part de ce qui se joue partout au Moyen-Orient et dans le monde.

Sauf que cette menace, toujours prête à sourdre, existe. Et qu’en face, il n’y a pas de projet pour transformer et moderniser la société. La bigoterie est aujourd’hui omniprésente. Le discours des jeunes est en permanence teinté d’islam, de religiosité. Pas une de leurs phrases qui n’emprunte aux incantations.

Cette emprise du religieux dans les discours fait aussi des émules en France où les parents d’origine immigrée, et leurs enfants et petits-enfants nés Français, semblent, pour un certain nombre d’entre eux, frappés désormais par une profonde fracture identitaire.

Merzak Allouache : Je crois qu’il y a une relation directe entre ce qui se passe en Algérie et les immigrés qui se trouvent en France. Il y a un va-et-vient continuel entre les deux rives de la Méditerranée. Je suis étonné de voir qu’entre Alger et Paris, quelle que soit la période de l’année, les avions sont toujours pleins.

Et il faut bien l’admettre, entre les Algériens vivant en Algérie et ceux vivant, voire nés en France, il y a comme une tension qui s’est installée et aujourd’hui, je pense que c’est la mentalité du « pays d’origine » qui s’est imposée. Les jeunes Français d’origine algérienne idéalisent et subliment le pays de leurs ancêtres sans jamais y avoir vraiment vécu ou décidé d’aller y vivre.

Ce qui se passe dans les quartiers populaires est le fruit du lien fort que leurs habitants entretiennent avec le « bled » par Internet, par les allers-retours incessants.

Kamel Daoud, qui fait partie des personnalités interviewées dans le film, nous appelle à regarder ce qui se passe et s’est passé en Algérie pour comprendre ce qui se passe en France. Quel est votre point de vue sur cette question ?

Merzak Allouache : Je suis tout à fait d’accord avec Kamel Daoud, en particulier sur ce sujet. Alors que, dans les années 90, la violence intégriste frappait l’Algérie de plein fouet, la condamnation internationale du terrorisme se faisait du bout des lèvres. Je me souviens même que mes collègues arabes et africains semblaient penser que ce terrorisme islamiste était une spécificité algérienne. Aujourd’hui, nous voyons qu’il s’agit d’une internationale du jihadisme qui n’épargne aucun pays.

Vous soulignez que la jeunesse n’a plus comme référent qu’internet, qui est un espace où la méditation a peu sa place, le temps court prédomine et la propagande est facile et efficace. Que peut-on faire selon vous ?

Merzak Allouache : En Algérie, faute d’une véritable politique culturelle - absence notable de salles de cinéma, de théâtres, de scènes musicales médiatisées, les jeunes ne disposent que de trois moyens de se divertir : le football, la télévision et internet.

Et il me semble qu’internet, plus qu’un divertissement, est un puissant moyen d’évasion. Comme partout dans le monde - peut-être un peu plus en Algérie, les jeunes y recherchent les informations et les vidéos les plus variées. Cela peut être de la musique, des vidéos humoristiques, du chatting et de la drague sur les réseaux sociaux, mais aussi du porno et de l’islamisme radical. D’où le succès de ces "prédicateurs 2.0" du Moyen-Orient qui ont fait du web une tribune sans frontières puisque leur vidéos sont souvent sous-titrées en français ou en anglais !

De manière transversale, mon film souligne les dangers d’abêtissement et d’embrigadement religieux omniprésents sur la toile. Comme le dit Boualem Sansal dans le film, une simple petite vidéo salafiste peut faire des ravages sur le mental de millions de jeunes. Et cela en quelques clics.

Quid du rôle de l’école républicaine ?

Merzak Allouache : C’est une vaste question, mais il est vrai qu’elle semble être le seul rempart face au déferlement d’informations et de désinformation du web. Qu’elle seule peut former des esprits cultivés pourvus d’un sens critique… Mais l’école algérienne en est-elle capable ?

Quelques années après l’indépendance, le choix a été fait de son arabisation. Les coopérants, venus de France et d’Europe, ont été remplacés par des professeurs du Moyen-Orient, en particulier des Egyptiens. Dont, semble-t-il, beaucoup de Frères musulmans. Dès lors, les choses se sont gâtées.

La ministre de l’Education Nouria Benghabrit, une sociologue francophone nommée en 2014, essaie de réformer tout cela. Mais elle fait face au travail de sabotage des forces obscurantistes et des islamistes. Elle est devenue la bête noire des conservateurs. Chaque année éclate un scandale au moment du bac, les sujets fuitent… pour la mettre en difficulté. Elle est très courageuse et elle résiste.

Le pouvoir n’en finit pas d’envoyer des signaux contradictoires. Les démocrates qui s’expriment dans le film analysent la complicité qui existe entre le pouvoir et les salafistes, leur pas de deux incestueux.

Votre film fait affleurer une parole collective qui bouscule l’image d’une Algérie immobile.

Merzak Allouache : De France, c’est vrai, on a le sentiment d’une Algérie atone. En fait, elle est mobile dans l’immobilité. Nombre de gens réfléchissent, écrivent, peignent, se battent. Il faut prendre le temps pour découvrir la vitalité d’une société civile. Malgré les difficultés multiples, les Algériennes et les Algériens ont la parole très libre. Ils parlent et n’hésitent pas à se lâcher. Ils critiquent, dénoncent, accusent, dans la presse, à la radio, à la télé. Mais ils sont confrontés à l’absence de réponse et de règlement des problèmes qu’ils soulèvent.

Zoom

Très peu de chance de voir Enquête au paradis diffusé en Algérie

Merzak Allouache : Il n’y a pratiquement plus de salles en Algérie, plus de réseau de distribution, plus de public… Le problème est, par conséquent, réglé.

Les Algériens ne peuvent voir mes derniers films que lorsqu’ils sont piratés sur internet ou en DVD piratés. C’est pour moi une grande frustration.

Lors de la présentation de mon film à Oran, j’ai proposé aux chaînes de télévisions algériennes de leur offrir gracieusement mon film. Aucune réponse à ce jour.

Article précédent
L’Afrique s’invite au Festival du Court métrage de Clermont-Ferrand
Article suivant
Une Saison en France de Mahamat-Saleh Haroun
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir