meursault-contre-enquete-kamel-daoud

Romans / Algérie

Meursault, contre-enquête, un hommage captivant à Camus

Actes Sud Éditions L'écrivain algérien Kamel Daoud, journaliste au quotidien d'Oran, visé par une fatwa, reçoit le prix Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête, qui donne une identité et une histoire à « l'Arabe » tué sur la plage dans le célèbre roman d'Albert Camus, L'Étranger.

Partager cet article

Moussa Ouled el-assasse, c'est son nom. Il est l'aîné protecteur des deux frères composant la fratrie et côtoie de sa haute taille noueuse les nuages.

Affichant le regard farouche de ceux qui ont perdu la terre des ancêtres, ce n'est pas le « pauvre illettré que Dieu a créé uniquement, semble-t-il, pour qu'il reçoive une balle et retourne à la poussière ».

Et c'est dans un monologue que son frère Haroun, devenu vieil homme, va lui redonner une histoire et continuer ses phrases.

kamel-daoud-meursault-contre-enquete


Piégé depuis son enfance entre sa M'ma et un deuil sans fin, il rumine ce qui fut la grande affaire de sa vie - le frère absent -, sa solitude et son désarroi face à l'identité mouvante de son pays.

Car Meursault, contre-enquête est aussi une réflexion sur l'Algérie contemporaine et l'enchevêtrement de ses héritages. Un demi-siècle d'histoire algérienne est esquissé dans cette confession, de la guerre de libération à la « décennie noire ».

Si l'on peut aborder frileusement le livre dans un premier temps (s'attaquer à Camus peut sembler hasardeux), l'histoire prend très vite corps, les deux livres dialoguant naturellement.

Grâce à sa construction vertigineuse multipliant les échos à L'Étranger ainsi qu'à de nombreuses références bibliques, mythologiques et littéraires (La Chute, Robinson Crusoé, etc.), Kamel Daoud propose un hommage captivant en forme de contrepoint, pour parler du présent.

en-vente-a-la-boutique-africavivre

 

 

 

Kamel Daoud parle de son livre " Meursault, contre-enquête ".

Zoom

Kamel Daoud, l'auteur de Meursault, contre-enquête, en chiffres

3 : c'est le nombre de livres dont il est l'auteur.

Il a écrit deux recueils de nouvelles, La préface du nègre (2008) et Le minotaure 504 (2011). Meursault, contre-enquête est son premier roman. Lors de la réception de son prix, l'auteur l'a rappelé : « Je ne suis pas l'homme d'un seul livre contrairement à ce qu'on croit parce que je pense que cela mène à deux maladies soit la vanité, soit une guerre de religion".

4 voix contre 5 : à l'automne dernier, l'auteur rate de peu le prix Goncourt 2014.

Alors que tout le monde est persuadé que l'Algérie va décrocher son premier Goncourt, Lydie Salvayre (Pas pleurer) décroche le sésame.

Kamel Daoud exprimera d'ailleurs publiquement sa déception : « Le jury a raté une occasion historique de s'ouvrir vers le reste du monde car dans le Maghreb, ce prix était très attendu et déjà perçu comme un message très lourd de sens ».

Six mois après, il reçoit le prix Goncourt du premier roman : « Vous êtes, je crois, un chroniqueur abondant et un écrivain rare. Avec Meursault, contre-enquête vous vous exposez à la corne acérée du taureau. Le taureau au front bas, pieux, bête et méchant – vous l’avez frôlé, et vous êtes sur sa liste noire » déclare Régis Debray lors de la cérémonie.

18 ans : il tient depuis de nombreuses années la chronique la plus lue d'Algérie, Raïna Raïkoum (« mon opinion, votre opinion »), qui fait souvent débat et frôle la censure.

Connu pour ses positions libérales et laïques, Kamel Daoud dit l'Algérie menée par les « bouteflikiens » ou les « bouteflikistes » et sa sclérose. En décembre, un responsable salafiste demandait au gouvernement sa condamnation et son exécution pour apostasie.

Sarah Gastel

Article précédent
Congo Inc. ou la comédie humaine à l'heure africaine
Article suivant
Pas de visa pour Aïda, de Nadège Guilloud-Bazin
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !