Djazia-Satour-Aswat

Albums / Algérie

DJAZIA SATOUR, au carrefour de voix multiples

La chanteuse algérienne Djazia Satour sort un deuxième album, "Aswât" (Des voix).

Partager cet article

"Voici la mélodie des vents qui tourbillonne 
Tu l'entendras en marchant ou en suivant son envol..." ("Neghmat Erriah", La mélodie des vents).

Après "Alwâne" (Couleurs), Djazia Satour revient avec "Aswât" et une série de concerts.

Sa musique se situe au carrefour d'influences diverses et délibérément plurielles : entre soul, blues, folk, trip-hop, musique électronique et bien sûr l'héritage algérien par le choix, déjà, de la langue arabe.

Une grande douceur émane de ces dix titres mais également une force émotionnelle notable, Djazia Satour chantant des thèmes qui lui tiennent particulièrement à cœur, telle l'aspiration à la liberté dans des territoires plus compliqués.

Elle met aussi à l'honneur dans ses morceaux des instruments algériens traditionnels. Le banjo, la mandoline et le violon se mêlent ainsi au tar, une percussion typique du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, ou au bendir, grand tambour qu'on trouve également au Maghreb ainsi qu'en Asie du Sud-Ouest.

"Neghmat Erriah", la chanson inaugurale révélée sur internet avant la date de sortie de l'album, commence comme une berceuse, un chuchotement presque, avant de devenir peu à peu plus entraînante. Djazia Satour dit avoir écrit cette chanson "pour symboliser les voix que les vents nous apportent de toutes parts au mépris des frontières. Ces voix entremêlées deviennent distinctes dans les autres chansons pour exprimer chacune des espoirs, des attentes, des souffrances. C'est pour cela que l'album s'appelle "Aswât" (Des voix)".

Dans le clip de la chanson "Loun Liyam", qui signifie "La Couleur des jours", on voit Djazia Satour marcher sur des rails de trains pieds nus et une petite valise à la main. Des rythmes chaabi s'y joignent à une valse à trois temps. Les images comme la musique lancent un appel vibrant au voyage, mais aussi au brassage des cultures, à l'ouverture et au métissage.

Lyrique, mélancolique, investie, la voix de Djazia Satour est vectrice de bien des émotions. La chanteuse témoigne aussi de la vitalité de la scène nord-africaine qu'elle ne manque d'ailleurs pas de relever en interviews.

On apprécie enfin la jolie pochette de l'album sur laquelle la chanteuse se tient debout dos à nous sur un beau paysage de bord de mer, comme sur un tableau de Caspar David Friedrich.

Zoom

Djazia Satour avant sa carrière solo

Avant "Alwâne" et "Aswât", Djazia Satour a pu collaborer notamment avec le groupe Gnawa Diffusion mais aussi Mig, avec lequel elle a réalisé deux albums, "Dhikrayat" et "Yamatna", qui ont rencontré un franc succès. 

Voici quelques mots de la chanteuse dit sur Gnawa Diffusion : "C'était une aventure humaine et authentique. Gnawa était et demeure un beau concept de fusion - dub, gnawa, électro, hip-hop..."

Matthias Turcaud

Article précédent
UN AUTRE BLANC ou 50 ans de carrière pour Salif Keita
Article suivant
MUTHONI DRUMMER QUEEN, téméraire et colorée
 
Ajouter un Commentaire
Code de sécurité
Rafraîchir
 

On ne va tout de même pas se quitter comme ça !

Restons en contact


À bientôt !